Quelques légendes et coups de coeur à disposition :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quelques légendes et coups de coeur à disposition :

Message par Mushu Yu Fei le Mer 28 Mar - 17:16

LA PERLE DU DRAGON




Dans l'Antiquité, il y avait à l'Est de la cune grotte où habitait un Dragon de jade couleur d'argent, et à l'Ouest un bois touffu dans lequel se cachait un Phoenix d'or multicolore.

Ces deux voisins se rencontraient tous les matins à la sortie de leur maison. Un jour, l'un d'eux nageant dans l'eau, l'autre volant dans le ciel, ils arrivèrent sans s'en apercevoir à une île féerique. Par hasard, ils y découvrirent une pierre éblouissante. Le Phoenix d'or, très surpris, poussa un cri d'admiration :

- Comme elle est jolie !

Et le Dragon de jade, tout ravi, proposa à son ami :

- Tu veux qu'on la travaille en forme de perle ?

Ce dernier fut d'accord et ils se mirent à l'oeuvre. Le Dragon se servit de ses pattes et le Phoenix de son bec. Jour après jour, année après année, ils travaillèrent, et ce fut ainsi que peu à peu une perle brillante prit forme.

Le Phoenix puisa dans les monts féeriques de la rosée qu'il versa sur la perle ; le Dragon alla chercher de l'eau claire dans la Voie lactée et en arrosa le trésor ; peu à peu elle se mit à jeter des étincelles.

Depuis, le Dragon de jade et le Phoenix devinrent de bons amis, car une même passion pour la perle les unissait. N'ayant plus envie de retourner chez eux, ils décidèrent de s'installer sur l'île pour bien garder leur trésor jour et nuit.

C'était vraiment une perle précieuse. Dans tous les endroits touchés par les feux qu'elle jetait tout devenait verdoyant, les fleurs s'épanouissaient, les paysages devenaient lumineux et pittoresques et la moisson était abondante.

Un jour, la Reine Mère d'Occident, en se promenant hors de son Palais aperçut par hasard cette perle, et aussitôt la voilà fascinée. A la faveur de la nuit, elle fit voler ce trésor pendant que le Dragon et le Phoenix dormaient, puis elle cacha la perle au fond d'un Palais fabuleux, protégée par neuf portes à neuf serrures.

Le lendemain matin, à leur réveil, les deux animaux, ne trouvant plus leur trésor, furent très inquiets. Le Dragon de jade parcourut toutes les grottes sous la Voie lactée, et le Phoenix d'or fouilla en détail tous les coins du mont fantastique, mais sans arriver à la retrouver. Comme ils étaient tristes ! Désormais, ils passèrent leurs jours et leurs nuits à chercher leur trésor perdu.

Ce jour-là, pour fêterl'anniversaire de la Reine Mère d'Occident, tous les immortels du ciel se rassemblèrent au Palais fantastique de la Reine Mère où elle allait offrir un "banquet de pêches d'immortalité". Objets de multiples souhaits de longévité et de bonheur éternel, la Reine Mère ne se sentit plus de joie. Soudain lui vint l'idée d'exhiber son trésor devant les immortels :

- Mes chers invités, dit-elle, je vais vous montrer une perle précieuse, un objet unique au monde !

Ce disant, elle détacha de sa ceinture les neuf clés, fit ouvrir les neuf portes du Palais, et en sortit la perle sur un plateau d'or, toute éblouissante. Les immortels présents se répandirent en louanges.

Tandis que les invités firent la fête, le Dragon de jade et son ami le Phoenix d'or continuaient à chercher leur perle. Attiré par les étincelles, le Phoenix appela le Dragon :

- Tiens, n'aperçois-tu pas les feux de notre trésor ?

La tête sortie de la rivière céleste, le Dragon de jade répondit :

- Mais oui, c'est bien lui. Allons le récupérer !

En suivant la lumière jetée par la perle, ils parvinrent jusqu'au Palais de la Reine Mère d'Occident, au moment où les immortels étaient penchés pour admirer la merveille. Le Dragon de jade se lança en avant en criant :

- Cette perle nous appartient ! le Phoenix d'or lui fit écho.

A ces mots, la Reine Mère se mit en colère :

- Taisez-vous, je suis la mère de l'Empereur Céleste de Jade, tous les trésors du ciel m'appartiennent !

Très indignés, le Dragon et le Phoenix crièrent ensemble :

- Cette perle n'est pas un produit naturel du ciel ni de la terre, elle est le fruit de notre travail de plusieurs années.

La Reine mère, saisie de fureur et de honte, protégea de la main le plateau d'or et ordonna aux généraux célestes de les chasser tout de suite du Palais.

Alors, le Dragon et le Phoenix se précipitèrent vers la perle, si bien que le plateau fut saisi par trois paires de mains qu'aucune ne voulait lâcher. C'est alors que le plateau qu'ils se disputaient perdit l'équilibre et que la perle roula jusqu'aux limites du ciel, puis tomba vers la terre.

Le Dragon de jade s'élança en l'air et suivit la perle de peur qu'elle ne se casse. Les deux amis, l'un volant, l'autre dansant en l'air, protégèrent tantôt à gauche, tantôt à droite leur trésor jusqu'à ce qu'il soit tombé doucement sur la terre. Quand elle atteignit la terre, la perle se métamorphosa aussitôt en un lac limpide, qu'on appelle le lac de l'Ouest.

Trop amoureux de la perle pour la quitter, le Dragon de jade se changea en un mont majestueux et le Phoenix d'or, en une colline verte, qui la dominent, pour la protéger.

Dès lors, le mont du Dragon est toujours resté avec son ami la colline Verte du Phoenix aux abords du lac de l'Ouest.

C'est pourquoi les gens de la région chantent encore :

Le Lac de l'Ouest est une perle tombée du ciel,

Accompagnée par le Dragon et le Phoenix jusqu'à la rivière Qiantang.
avatar
Mushu Yu Fei
Maître du pain de mie
Maître du pain de mie

Nombre de messages : 592
Age : 31
Date d'inscription : 20/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques légendes et coups de coeur à disposition :

Message par Mushu Yu Fei le Mer 28 Mar - 17:21

MORALE CHINOISE - LA LECON DU BAMBOU :


Il était une fois un grand jardin, merveilleux, au milieu d'un royaume.
Le Maître aimait à s'y promener quand la chaleur du jour devenait accablante. Il affectionnait tout particulièrement le bambou qui lui semblait l'arbre le plus beau de toutes les plantes de son jardin. Au fil des années, ce bambou grandissait, devenait vigoureux et toujours plus conscient de la faveur du Maître.

Un jour, celui-ci s'approcha de l'arbre et le bambou inclina son faîte respectueusement. Le Maître lui dit :

- Mon cher bambou, j'ai besoin de toi.

Il semblait que le grand jour fut enfin arrivé, le jour pour lequel le bambou avait été créé. Le bambou répondit donc d'une voix douce

- Maître, je suis prêt. Fais de moi ce que tu voudras.

- Bambou, ajouta le Maître d'une voix solennelle, pour me servir de toi il faut que je te coupe.

- Me couper moi que tu considères comme la plus belle parure de ton jardin, non ne fais pas cela !

- Mon cher bambou, répondit le Maître, si je ne te coupe pas, tu ne sers de rien.

Le jardin se fit calme; le vent retint son souffle, le bambou inclina sa tète doucement et puis lui murmura:

- Maître, puisque tu ne peux m'utiliser sans me couper. alors je suis prêt arrache-moi

- Mon cher bambou, il me faudra t'enlever toutes les branches et toutes les feuilles.

- Ah ! non, pas cela, détruis ma beauté, mais laisse-moi mes rameaux de feuilles.

- Si je ne te les enlève pas, je ne peux pas t'utiliser.

Le soleil se cacha, un papillon s'envola et le bambou, tremblant à l'idée de ce qui allait lui arriver, lit dans un souffle :

- Maître, enlève les rameaux et les feuilles.

- Bambou, dit encore le Maître, il faudra te faire autre chose : Je te couperai par le milieu et je t'enlèverai le cœur. Si je ne le fais pas, tu ne sers de rien.

- Oui, Maître : arrache le cœur et découpe.

Alors le Maître du jardin arracha le bambou, coupa ses rameaux et toutes ses feuilles, le tailla en deux sur toute sa longueur et lui enleva le cœur.

Puis, il le transporta près d'une source d'eau fraîche et scintillante au milieu des champs desséchés. Il déposa le bambou soigneusement sur le sol; il posa l'une des extrémités du tronc sous la source tandis que l'autre atteignait le sillon d'arrosage dans le champ.

La source chanta sa joie, l'eau claire bondit à travers le corps déchiqueté du bambou jusque dans le canal et se mit aussitôt à abreuver les champs assoiffés. Puis on repiqua le riz et les jours s'écoulèrent. Les pousses grandirent et ce fut bientôt le temps de la moisson. C'est ainsi que le bambou, autrefois si majestueux, devint dans son humble état de débris, une grande bénédiction.

Quand il était encore grand et beau, il ne poussait que pour lui-même et se réjouissait de sa beauté. Mais dans son brisement, il était devenu un canal dont le Maître se servait pour faire fructifier son Royaume.
avatar
Mushu Yu Fei
Maître du pain de mie
Maître du pain de mie

Nombre de messages : 592
Age : 31
Date d'inscription : 20/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques légendes et coups de coeur à disposition :

Message par Mushu Yu Fei le Mer 28 Mar - 17:33

La bataille de Changping


Zhao Kuo était le fils de Zhao She, célèbre général de l'Etat de Zhao. Zhao She avait autrefois recouru à un stratagème pour vaincre l'armée de Qin. Depuis son enfance, Zhao Kuo avait étudié beaucoup de traités sur l'art de la guerre avec son père. Il pouvait tenir des discours impressionnants sur la théorie des manoeuvres de l'armée et sur l'art de faire la guerre. Le roi de Zhao reçut en audience Zhao Kuo et lui demanda : "Pourrez-vous faire reculer l'armée de Qin pour moi?" "Si l'Etat de Qin avait envoyé le grand général Bai Qi, je serais obligé de bien réfléchir pour le faire reculer. Mais, il a envoyé Wang He. Je peux l'anéantir sans le moindre effort." répondit Zhao Kuo.

A ces mots, le roi de Zhao, très content, se dit:"Je regrette beaucoup de ne pas l'avoir nommé général plus tôt." Il le récompensa alors et lui ordonna de prendre 200 000 hommes et d'aller remplacer Lian Po à Changping.

Zhao Kuo partit alors vers Changping à la tête d'une armée de plus de 200 000 hommes. Et le roi Zhao de Qin envoya furtivement Bai Qi à Changping pour tenir tête à l'armée de Zhao Kuo avec Wang He. Il donna en même temps un ordre sévère:"Celui qui ose devoiler que Bai Qi est sur le front sera décapité."

Lorsque Zhao Kuo arriva à la passe Changpingguan, Lian Po fut obligé de lui transmettre le pouvoir militaire et retourna à la capitale de Zhao.
La bataille de Changping

Avec le renfort de 200 000 hommes dirigés par Zhao Kuo, l'effectif de l'armée de garnison à la passe Changpingguan atteignit en tout plus de 450 000 personnes. Toute l'armée était commandée par Zhao Kuo. C'était la première fois que Zhao Kuo conduisait autant de soldats. Il se sentait très honoré et voulut donc montrer son prestige. Il donna l'ordre d'annuler tous les ordres et les règlements militaires de Lian Po et fusionna les anciens camps militaires en formatins carrées. Puis, il envoya des généraux de confiance remplacer les anciens. Ensuite, il donna cet ordre sévère : "Si l'armée de Qin vient attaquer, les soldats de toute l'armée devront sortir du camp pour l'affronter et se ruer sur l'ennemi. Si celui-ci recule, ils devront le poursuivre jusqu'au bout sans laisser échapper un seul soldat de Qin. Qui ose violer cet ordre sera puni selon le code de la justice militaire."

L'armée de Qin, qui venait attaquer Changping, était également forte de plus de 500 000 hommes. En apprenant que Zhao Kuo avait annulé toutes les mesures de défense militaires de Lian Po, Bai Qi fut très content, mais pas encore rassuré. Il envoya tout d'abord 3 000 soldats lancer un défi.

En apprenant cela, Zhao Kuo choisit en toute hâte 10 000 soldats d'élite pour l'affronter. Après un combat de courte durée, l'armée de Qin essuya une grande défaite et prit la fuite. Les troupes de Zhao la poursuivirent de près, puis retournèrent à leur camp. Voyant la disposition des troupes et la manière de l'armée de Zhao, Bai Qi dit à Wang He:"Je sais maintenant comment donner une leçon à Zhao Kuo?"

Zhao Kuo ayant remporté la victoire au premier combat, était très content. Il envoya, d'un côté, quelqu'un annoncer la victoire au roi de Zhao et remit, de l'autre côté, une déclaration de guerre à l'armée de Qin pour demander une bataille décisive. Bai Qi demanda à Wang He d'écrire quelques caractères sur la déclaration de guerre:"La bataille décisive aura lieu demain." Puis, il ordonna à ses troupes de reculer de dix lis et de s'installer.

Voyant la déclaration de guerre signée par Wang He et apprenant qu'il était reculé dix lis avec ses troupes, Zhao Kuo était persuadé que Wang He avait peur de la guerre. Enivré par son succès, il dit à ses hommes de confiance:"Dès que je vais au front, les soldats de Qin tremblent pour un rien. A ce qui me semble, le vieux général Lian Po est vraiment peureux. Comment a-t-il pu se laisser intimider par Wang He, un homme si simple?" Ceci dit, il donna l'ordre suivant:"Demain, nous livrerons bataille. Tous les généraux et les soldats devront se ruer courageusement sur l'ennemi et capturer vivant Wang He pour que tous les feudataires puissent reconnaître ma force!"

Pendant ce temp, Bai Qi était en train de rassembler ses généraux pour discuter de la bataille décisive et de la disposition stratégique.

Le lendemain, les troupes de Zhao s'avancèrent en ordre. Elles avaient fait à peine 5 lis, quand l'armée de Qin vint les affronter. Zhao Kuo ordonna à une des troupes de déclencher une attaque. La guerre était commencée. Après un moment de combat, l'armée de Qin battit en retraite. Et Zhao Kuo poussa en personne sa puissante armée à sa poursuite.

Il la poursuivit d'une seule traite, sur une dizaine de lis jusqu'au quartier général de l'armée de Qin. Voyant que la porte de leur camp militaire était bien fermée, les soldats de Qin en déroute, désorientés, furent obligés de contourner leur camp et prirent la fuite.

Voyant que l'armée de Qin n'osait pas ouvrir la porte de son camp militaire, Zhao Kuo donna l'ordre de l'attaquer. L'armée de Zhao livra l'assaut à maintes reprises, mais en vain. Les soldats de Qin gadèrent leur position, sans sortir l'affronter. Zhao Kuo, enivré par le succès, crut que les soldats de Wang He étaient morts de peur. Leur camp militaire se disloquerait sans être attaqué après un ou deux jours de siège. A ce moment, une personne, affolée, vint l'informer:"Pendant la poursuite, notre armée a rencontré une troupe de Qin en embuscade. Celle-ci a coupé notre armée en deux. Les morts et les blessés sont nombreux. Notre armée en désordre a perdu son commandement."

A ces mots, Zhao Kuo, furieux, retourna immédiatement avec ses troupes pour lui porter secours. Il supportait mal l'attente qui lui faisait l'effet d'une brûlure et poussait ses troupes à marcher vite. Au bout de deux ou trois lis, un général de Qin à la tête d'une troupe importante lui barra la route, et lui cria:"Zhao Kuo, mon petit, où vas-tu? Tu es tombé dans le piège du général Bai Qi. Dépêche-toi de descendre de cheval pour te rendre." Au nom de Bai Qi, Zhao Kuo fut frappé de terreur, et se dit:"Quand Bai Qi est-il arrivé à Changping?" Mais il fut obligé de prendre son courage à deux mains pour l'affronter. Décontenancé, il se battit pour essayer de rompre l'encerclement, mais en vain. Au bout d'un petit moment, une autre troupe de Qin arriva. L'armée de Zhao subit alors une défaite écrasante.

Sachant parfaitement qu'il était difficile de remporter la victoire et voyant que le soleil se couchait, Zhao Kuo donna l'ordre à ses troupes de se replier et choisit un endroit où il y avait de l'eau et de l'herbe pour s'installer. Un général de Zhao vint dire à Zhao Kuo:"Nous devons profiter de ce que le moral de notre armée est encore excellent et concentrer nos forces pour retourner à notre quartier général au pied de la colline Jinmen. Là-bas, nous pourrons nous appuyer sur le camp pour résister. Si nous nous installons ici, le gros de l'armée de Qin va arriver et nous encercler; notre armée sera attaquée par devant et par derrière. Quand le moral de nos soldats sera au plus bas, il sera impossible de briser l'encerclement." Mais Zhao Kuo, fou de colère, ne voulut pas écouter ses conseils, et dit:"Les traités sur l'art de la guerre disent qu'on ne dit pas être satisfait tant qu'on n'a pas mis à mort l'ennemi. Tu n'y comprends rien!" Il écrivit, d'une part, une lettre au roi de Zhao pour demander des renforts, et d'autre part, il envoya quelqu'un chercher le gros des troupes resté au camp pour qu'il se rapproche de son nouveau camp avec des vivres et du fourrage. Mais, les vivres et le fourrage avaient été enlevés par les soldats de Qin. Voyant qu Zhao Kuo était tombé dans son piège, Bai Qi rassembla les soldats et les envoya imposer un blocus complet à l'armée de Zhao.

L'armée de Qin resserra petit à petit son étreinte autour de Zhao Kuo. Bai Qi lui envoyait, chaque jour, une lettre pour l'amener à capituler. Zhao Kuo comprit alors qu'il était tombé dans le piège de Bai Qi. Il tremblait de peur. Bai Qi avait ordonné à ses soldats de sommer, chaque jour, les hommes de Zhao de se rendre. Zhao Kuo, pressé et effrayé à la fois, n'avait pas d'autre alternative.

Les troupes de Zhao furent encerclées pendant 46 jours. Sans vivres et sans fourrage, les soldats mouraient de faim. Sans renforts, le moral des troupes était très bas. Zhao Kuo fut alors obligé de diviser son armée en quatre colonnes pour tenter de briser l'encerclement ennemi et ouvrir une brèche. Mais, Bai Qi avait déjà ordonné à ses archers de s'embusquer autour du camp militaire de Zhao Kuo et de tirer sur ceux qui oseraient sortir du camp. Les soldats de Zhao, très fatigués et affamés, montèrent trois ou quatre fois à l'assaut, mais en vain.

Un mois passa. La moitié environ des soldats avaient été tués ou blessés. La combativité des troupes diminuait de jour en jour. Fou de colère, Zhao Kuo alla en personne dans chaque camp militaire et choisit 5 000 soldats robustes. Chacun devait porter une armure épaisse et chevaucher un cheval rapide. Zhao Kuo prit lui-même le commandement de cette troupe pour briser l'encerclement en bravant la mort. Il prit la tête des cavaliers et se dirigea vers l'est. Deux généraux de Qin lui barrèrent la route. Zhao Kuo fit appel à toute son énergie pour les combattre. Après une vingtaine d'assaut, Zhao Kuo se trouva incapable à se défendre. Il voulut retourner à son camp. Mais à ce moment, un général de Qin lui donna un coup de marteau. Voyant que la situation était critique, il retint son cheval et évita le coup. Mais, une patte arrière de son cheval fut brisée. Zhao Kuo tomba. A ce moment, Bai Qi arriva avec son armée et donna des ordres à ses archers. Zhao Kuo fut atteint par une flèche et mourut. Sans commandement, l'armée de Zhao fut immédiatement plongée dans le chaos. Et les troupes de Qin en profitèrent pour déclencher une attaque encore plus violente. L'armée de Zhao étant totalement défaite, Bai Qi donne l'ordre de hisser un étendard blanc pour amener ses soldats à capituler. Ces derniers furent obligés d'abandonner armes et armures pour se rendre. Ceux qui restaient vivants furent faits prisonniers. Les armes et les armures, entassées, constituaient le butin de guerre de l'Etat de Qin.

Ainsi, la grande bataille à Changping se termina par la victoire écrasante de l'armée de Qin et la défaite de celle de Zhao.
avatar
Mushu Yu Fei
Maître du pain de mie
Maître du pain de mie

Nombre de messages : 592
Age : 31
Date d'inscription : 20/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques légendes et coups de coeur à disposition :

Message par Scoub le Jeu 29 Mar - 14:33

Ce qui n'est pas précisé, c'est que Bai Qi, de peur que les prisonniers ne se révoltent (ils étaient encore plusieurs dizaines de milliers) les fit executer, ce qui fait que la guerre couta plus de 400.000 hommes au royaume de Zhao, qui avait définitivement perdu tout espoir de dominer militairement le Zhongguo.

study

Bravo pour ce thread, Mushu, c'est tres sympa !
avatar
Scoub
Immortel des Monts de la Tartine
Immortel des Monts de la Tartine

Nombre de messages : 2075
Age : 32
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 14/12/2006

http://rokugannoshite.activebb.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques légendes et coups de coeur à disposition :

Message par Hida Stoof le Sam 4 Aoû - 8:58

bon pour ma part jme suis paye un livre de compte vietnamien qui peuvent totalement coller au Chu...

jles recopierais en rentrant...
avatar
Hida Stoof
Gardien de la Source
Gardien de la Source

Nombre de messages : 1040
Age : 32
Localisation : le Dojo du chateau de la magistrature de Ryoko Owari Toshi
Date d'inscription : 14/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques légendes et coups de coeur à disposition :

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum