Personnages historiques du clan du Phénix

Aller en bas

Personnages historiques du clan du Phénix

Message par Scoub le Dim 17 Déc - 12:53

Shiba
Frère jumeau de Bayushi, celui qui deviendrait un jour le fondateur du Phénix se révéla d’une intelligence aussi subtile mais beaucoup moins calculatrice que son frère. Il tenta de raisonner son père lorsqu’il entreprit de dévorer ses enfants mais en pure perte et il fut sauvé par Hantei lors du combat terrible qui opposa Onnotangu à son fils.
Une fois arrivé sur terre, Shiba fut rapidement reconnu parmi les kami comme le plus compatissant. Il s’inquiéta longtemps du sort de Fu Leng mais ni lui ni sa sœur Shinjo ne parvinrent à le retrouver. Fu Leng quant à lui persista toujours à croire que tous ses frères et sœurs l’avaient abandonné et ne pardonna pas plus à Shiba qu’aux autres.
Après avoir cherché Fu Leng avec Shinjo, Shiba accompagna Akodo dans sa quête de disciples bien que les deux frères soient opposés en de nombreuses choses. Il nota consciencieusement ce que disait sa sœur Doji et apprit à percer à jour Togashi ainsi que son jumeau Bayushi.
Dans les terres du nord qui lui furent confiés par son frère Hantei, Shiba découvrit la Tribu d’Isawa, menée par un puissant prêtre-magicien qui refusait de plier le genou devant les Kami. Au lieu de tenter de soumettre Isawa et son peuple, Shiba se rendit auprès d’eux et essaya par la douceur et la patience d’en faire des alliés. Ses efforts furent vains mais malgré sa fierté, Isawa ne ferma jamais sa porte au Kami dont l'humilité le surprenait grandement.
Shiba prit d’autres mortels comme disciples et sa première suivante, Dame Asako, épousa Yogo un puissant shugenja. Las, Yogo fut maudit par Fu Leng durant la guerre et condamné à trahir ceux qu’il aimait. Il quitta donc sa femme et son seigneur pour rejoindre le clan du Scorpion car comme Bayushi le lui révéla lui-même "Mais Yogo, tu ne m’aimes pas ".
Shiba était un homme doux mais solitaire malgré les exhortations de sa fratrie qui souhaitait le pousser au mariage. Cependant, il fut un jour impressionné par une jeune étrangère qui se rendit à la cour et demanda son aide contre un monstre terrorisant son peuple. On ne sait pas exactement d’où venait la jeune femme qui portait le nom de Tsamaru.mais la légende veut qu’elle ait été en fait originaire d’un mystérieux royaume caché sous les flots. Shiba l’accompagna et l’aida à triompher du monstre puis elle l’accompagna en retour et demeura à ses côtés comme épouse lorsqu'il lui demanda sa main. Elle offrit à son époux l’épée Ofushikai qui fut transmise à tous les Champions du clan par la suite.

Lorsque Shinsei se rendit auprès de l’Empereur, Shiba fut très impressionné par sa sagesse et il obtint la permission de retranscrire l’entretien entre Hantei et le Petit Maitre. Il rédigea ainsi le Tao et commença à le faire circuler. Puis, il accompagna Shinsei lorsque celui-ci se rendit auprès de la Tribu d’Isawa pour persuader son chef d’aider à défendre l’Empire.
Isawa venait de perdre sa propre sœur par la faute des serviteurs de Fu Leng et lorsque Shinsei lui révéla sa destinée de Tonnerre, le magicien accepta de participer à sa quête mais réclama à Shiba des garanties pour son peuple. Parce qu’Isawa ne voulait pas mourir pour protéger un empire qui n’était pas le sien, Shiba lui jura qu’il protégerait son peuple et que tous les vassaux du Phénix qui portaient aussi le nom de Shiba feraient de même à l’avenir. Puis, le Kami mit un genou à terre devant Isawa pour attester de son engagement.
Alors, la Tribu d’Isawa accepta de rejoindre l’Empire et les prêtres-magiciens usèrent de leurs pouvoirs contre l’ennemi pendant que leur chef et maitre accompagnait Shinsei dans l’Outremonde.
Shiba se rendit quant à lui à la capitale et combattit aux côtés de ses frères et sœurs. Après la victoire, rongé par l’inquiétude, il décida de partir à la recherche des Tonnerres dont on n’avait aucune nouvelle.
La quête de Shiba est mal connue car les seuls détails à son sujet furent révélés par Shosuro, le seul Tonnerre survivant, avant qu’elle ne meure. D’après Shosuro, Shiba la retrouva alors que porteuse des Parchemins Noirs elle tentait de rejoindre l’Empire avec l’aide de Shinsei. Ils étaient poursuivis par le plus puissant serviteur de Fu Leng, le monstrueux Premier Oni des légendes. Pour donner à Shosuro et Shinsei une chance de remplir leur mission, Shiba défia le Premier Oni et tous d’eux combattirent comme deux titans avant de s’entretuer mutuellement.
On ne sait pas quand exactement mais quelques années après la mort de Shiba, son épouse Tsamaru s'éteignit paisiblement à son tour et nombreux sont les shugenja qui disent qu'elle rejoignit son amour au Tengoku, le Paradis Céleste. En tous cas, l'étoile la plus au nord dans le ciel nocturne porte le nom de l'épouse du kami Shiba.

Isawa
Chef d'une des tribus primitives qui virent arriver les kami sur terre, Isawa se montra dés les premiers contacts très réticent à embrasser la cause des enfants célestes. Contrairement à nombre de peuplades humaines, la Tribu d'Isawa était très versée dans les connaissances ésotériques et son peuple vénérait avec dévotion ses dieux traditionnels, qui devinrent plus tard les Sept Fortunes Majeures du panthéon unifié. Isawa lui-même était considéré comme le plus puissant shugenja de son époque et pratiquait une magie sensiblement différente de celle que l'on connaît à l'heure actuelle.
Les relations entre Isawa et Shiba durant les premières années de l'Empire furent empreintes de circonspection, ce qui n'empêcha pas Isawa de préparer le mariage de sa propre fille avec le fils d'Asako et Yogo, deux des suivants de Shiba. La Tribu d'Isawa demeura à l'écart des conflits contre les serviteurs de Fu Leng jusqu'à ce que ceux-ci assiégent leur domaine et causent la mort d'Ariminhime, la sœur préférée d'Isawa. Peu après cet évènement qui le plongea dans la dépression, Isawa dut se résoudre à accueillir Shiba accompagné de Shinsei.
Au grand étonnement des siens, Isawa fut facilement persuadé par le Petit Maitre de certaines erreurs dans les traditions de la Tribu. Notamment, Shinsei démontra que la magie du sang que pratiquait la Tribu jusqu'à présent risquait désormais de la mettre à la merci de Fu Leng. Le frère corrompu de Hantei utilisait en effet des pouvoirs tirant eux aussi parti du sang et dont la sombre nature était évidente. C'est ainsi qu'Isawa et les siens acceptèrent de renoncer à certaines de leurs pratiques pour ne pas tomber sous la coupe du Sombre Seigneur.
Mais le sage Shinsei eut bien plus de difficultés à persuader Isawa de sa destinée de Tonnerre. Le shugenja ne doutait pas de ses capacités que personne ne pouvait égaler mais il n'admettait pas de devoir plier davantage face aux suggestions d'un vieil homme qui accompagnait un kami qu'il se refusait à servir. Isawa et son peuple voulaient bien défendre leurs terres et n'avaient rien contre les autres hommes mais ils refusaient de s'agenouiller devant les enfants du ciel.
C'est finalement Shiba qui parvint à proposer un compromis viable : si le puissant shugenja acceptait d'accompagner Shinsei dans l'Outremonde et de laisser ses disciples aider les armées de l'Empereur, ils gagneraient beaucoup d'influence dans le clan du Phénix et ne seraient jamais laissés à l'écart des décisions importantes. Mieux encore, Shiba promit que tous ceux qui portaient son nom par loyauté ainsi que leurs descendants veilleraient à jamais sur la famille Isawa. Et pour bien montrer qu'il n'avait aucune condescendance envers les humains et qu'il prenait son engagement très au sérieux, le kami mit un genou à terre devant Isawa.
Alors, Isawa réunit ses cinq frères et leur confia l'avenir de son clan pendant qu'il entamait les préparatifs de son expédition dans l'Outremonde. Ses frères et ses élèves se portèrent à l'aide des armées de l'Empire et bien que les forces du Kami Déchu soient bien plus puissantes, ils jouèrent un rôle décisif dans de nombreuses batailles car les autres shugenja ne pouvaient égaler leur pouvoir. Isawa procéda avec tout le soin possible et créa douze puissants sortilèges oubliés avant de rejoindre Shinsei et les Tonnerres. La légende veut qu'il utilisa ces douze sortilèges pour aider les Tonnerres à atteindre Fu Leng et enchaîner son âme dans les parchemins sur lesquels ils avaient été inscrits. Comme ses alliés, il ne revint jamais de l'Outremonde mais sa Tribu devint la Famille Isawa et joue depuis cette époque un rôle essentiel dans la destinée du Clan du Phénix mais aussi dans la vie spirituelle de l'Empire.

Asako
Parmi les mortels qui suivirent le kami Shiba lorsqu'il fonda le clan du Phénix, une jeune femme aux dons de guérisseuse remarquables devint rapidement une fidèle amie du frère de Hantei. Asako semblait destinée à mener une vie paisible et heureuse, partageant sa nature compatissante et généreuse avec son époux Yogo et leurs amis.
Lorsque les abominations au service de Fu Leng commencèrent à déferler sur l'Empire, la jeune femme accompagna les armées de son seigneur et fit de son mieux pour réconforter les blessés et les gens en grande détresse mais tenter d'apaiser le malheur des autres ne la protégea pas elle-même des larmes. Parce qu'il avait joué un rôle essentiel dans une grande bataille contre la Horde, Yogo fut maudit par Fu Leng et condamné à trahir ceux qu'il aimait. Bien qu'il soit un puissant shugenja et jouisse même d'un certain respect de la part de la Tribu d'Isawa, Yogo ne put lever sa malédiction et après s'être séparé d'Asako et de leur jeune fils, il finit par rejoindre le Clan du Scorpion gràce aux paroles subtiles de Bayushi. Asako aimait tendrement son époux et fut dévastée par cette décision. On raconte que seuls la patience et les mots sages de son seigneur Shiba parvinrent à la faire sortir de la dépression pour à nouveau se dévouer aux autres. Elle finit par fonder une maison portant son nom et par rassembler autour d'elle des amis, des érudits et des guérisseurs rencontrés durant les années sombres.
Lorsque Shiba et Shinsei se rendirent auprès de la Tribu d'Isawa, celui ci n'accepta son rôle de Tonnerre et l'incorporation de sa tribu au sein du Phénix qu'au prix de concessions considérables. Non content d'obtenir le serment de Shiba qui vouait ses suivants à la protection des enfants d'Isawa, le maitre-shugenja insista pour que le fils d'Asako et Yogo épouse sa propre fille, unissant ainsi leurs maisons. Isawa proposa d'ailleurs que les deux familles oeuvrent de concert pour terminer un gigantesque artefact magique qu'il avait commencé à créer et qui symboliserait l'union entre les Asako et les Isawa.
Ainsi fut décidé et Isawa quitta les siens avec Shinsei tandis qu'Asako et ses suivants obtenaient le droit de s'installer dans la cité de la tribu.
Après la défaite de Fu Leng, Shiba décida de s'aventurer dans l'Outremonde comme on le sait et y connut sa fin tragique. Dans les mois qui suivirent, Asako et ses suivants redoublèrent d'efforts mais non content d'œuvrer comme guérisseurs, ils se mirent aussi à rassembler et compiler tous les contes, toutes les légendes, tous les hauts faits et toutes les histoires qu'ils trouvèrent.
Dans le même temps, Asako développa un code d'une complexité incroyable qui continue à défier les esprits les plus subtils de l'Empire mille ans plus tard et ceux auxquels elle l'enseigna s'en servirent pour créer des archives extrèmement complêtes sur un grand nombre de sujets. Les érudits Asako se mirent à écrire et copier un grand nombre d'ouvrages sur une multitude de sujets destinés au reste de l'Empire mais il devint vite évident aux yeux des Isawa qu'ils gardaient bien plus de secrets par devers eux. Les accusations des Isawa ne purent jamais être prouvées mais ils finirent par chasser les Asako de leurs terres et le mariage entre Akiko (la fille d'Isawa) et Sagoten (le fils d'Asako) fut finalement annulé. Peu après, Sagoten commit une erreur fatale en travaillant sur l'artefact magique laissé par Isawa et il provoqua plusieurs morts dont celle d'Akiko. Amer et miné par cette tragédie, il fit seppuku et Asako qui avait déjà perdu son époux perdit ainsi son fils. L'artefact qui devait symboliser l'union des Isawa et des Asako fut placé sous la garde de la famille Shiba et tomba bientôt dans l'oubli.
A la suite de ces évènements, Asako et ses suivants demeurèrent relativement à l'écart du reste de l'Empire pendant plusieurs années, laissant aux Isawa l'occasion de prendre le contrôle du clan du Phénix. Leurs érudits se spécialisèrent dans l'histoire et la généalogie et se partagèrent avec les familles Soshi et Ikoma la responsabilité des archives impériales, donnant à leurs confrères les outils et méthodes qu'ils avaient développés et qui continuent encore à servir à tous les archivistes impériaux.
Asako mourut sur ses terres en 57 du calendrier impérial, laissant derrière elle une famille peu appréciée des Isawa. Ceux-ci avaient pris le contrôle du clan du Phénix et relégué les Asako dans leur rôle d'historiens et d'archivistes, un rôle dans lequel les intéressés semblent s'être complu depuis cette époque si l'on excepte leur implication dans la création des Inquisiteurs chargés de traquer les pratiquants des arts noirs et l'établissement de l'école de courtisans du clan du Phénix.
avatar
Scoub
Immortel des Monts de la Tartine
Immortel des Monts de la Tartine

Nombre de messages : 2077
Age : 33
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 14/12/2006

http://rokugannoshite.activebb.net

Revenir en haut Aller en bas

Phénix, II

Message par Scoub le Dim 17 Déc - 12:54

Isawa Ariminhime
Isawa avait une fratrie très nombreuse et si certains membres de sa famille s'illustrèrent brillamment durant la guerre contre le Sombre Seigneur, sa sœur Ariminhime est restée dans les mémoires du clan pour une toute autre raison. La vie et les mérites personnels de la sœur d'Isawa sont mal connus et l'on sait simplement qu'il vouait un grand amour à la jeune femme. C'est d'ailleurs en partie cet amour qui amena Isawa à accepter sa destinée de Tonnerre. Lorsque les suivants de Fu Leng s'en prirent à sa famille, il ne put empécher la mort de sa sœur et il ne cacha pas que c'était aussi pour la venger qu'il acceptait de suivre Shinsei, en plus d'agir pour protéger le reste de son peuple et pour obtenir la protection de Shiba. On continue donc à perpétuer le souvenir d'Ariminhime pour le rôle déterminant que sa mort joua dans la destinée d'un empire.

Isawa Akuma
Si le clan du Phénix peut s'enorgueillir d'avoir abrité en son sein la majorité des plus prestigieux shugenja de l'histoire, il est une poignée d'individus dont le souvenir accable particulièrement la lignée des Isawa.
De son vivant, Isawa Akuma était un shugenja talentueux dont les recherches sur la notion d'identité l'amenèrent à la fois à perdre la sienne, à provoquer une autre perte irréparable et à causer la naissance d'une menace qui continue à peser sur l'empire. Il est parmi les personnes dont le destin est cité en exemple à tous les apprentis shugenja de l'Empire pour leur montrer à quel point certaines recherches sont dangereuses et comment la simple curiosité peut s'avérer lourde de conséquences.
Akuma avait remarqué que les oni issus du Puit Suppurant n'avaient apparemment pas de nom propre ce qui ne les empéchait pas d'avoir des formes et des natures très diverses. Le clan du Crabe les classait par espèces et variantes mais ils ne semblaient pas pour la plupart être des individus au même sens que les humains. Certains s'avéraient pourtant très subtils et même fort versés dans des domaines ésotériques mal connus des shugenja. En invoquant un oni très puissant et en partageant avec lui son nom, Akuma pensait exercer un contrôle direct sur la créature et non seulement lui arracher des connaissances qui serviraient à lutter contre l'Outremonde mais également étudier à travers diverses expériences la notion même d'identité de la créature.
Malheureusement pour lui, le shugenja du Phénix ne put rivaliser avec le démon qui se libéra de sa tutelle, lui vola son nom et le tua. Le monstre ravagea les alentours et parvint même à détruire en partie le manuscrit original du Tao de Shinsei avant que les Maitres Elémentaires ne parviennent à le mettre en fuite.
Oni no Akuma vit ainsi le jour durant l'année 283 et demeure le plus réputé des fameux Seigneurs Oni de triste mémoire. Il est parmi les plus agressifs des démons majeurs au service de Fu Leng et sa progéniture innombrable n'est pas en reste. Triste paradoxe que celui du destin d'Isawa Akuma, qui voulait approcher la notion même d'identité et lutter contre l'Outremonde alors que des siècles après sa mort d'autres hommes sont encore massacrés par des créatures démoniaques qui portent son nom.

Isawa Ijime
Ijime naquit dans une famille dont tous les ainés étaient des garçons et ne sembla pas manifester le moindre talent pour communiquer avec les kami. Enfant peu ou pas désirée, incapable d'attirer sur elle la fierté des siens, elle fut négligée par ses parents et persécutée par ses frères, ce qui fit d'elle une fillette silencieuse et repliée sur elle-même, réfugiée dans des songes et des rêveries plus supportables que son quotidien.
Pourtant, à l'occasion de la visite d'un magistrat, elle révéla sans le vouloir que son imagination avait une force peu commune et qu'elle pouvait même matérialiser ses songes sous forme d'illusions éphémères. Elle avait alors presque neuf ans et à l'époque on considérait comme très tardif d'entamer des études de shugenja à un âge aussi avancé. Les enfants Isawa avec des prédispositions étaient en effet détectés bien plus tôt et leur éducation incluait dés le départ les notions préliminaires à leur futur statut de prêtres-magiciens.
Ijime fut cependant emmenée par le magistrat de passage et confiée aux sensei Isawa.
Ceux-ci témoignèrent d'une curiosité certaine à l'encontre des capacités de l'enfant mais ne montrèrent pas plus de compassion que sa famille. Durant sept ans, Ijime dut donc œuvrer seule à la fois pour rattraper les autres élèves bien plus avancés qu'elle et aussi pour satisfaire aux exigences de ses maîtres.
Bien qu'ils ne soient pas parvenus à obtenir beaucoup de précisions sur ses talents, Ijime accomplit cependant au prix de grands efforts ce que l'on attendait d'elle.
Pour mourir la veille de son gempukku, en l'année 649. Elle n'avait que seize ans et aurait certainement pu devenir une shugenja respectée par ses pairs mais elle n'eut jamais l'occasion de le prouver. Sa mort est couramment imputée à une rupture d'anévrisme, certainement consécutive au stress de sa formation si particulière. On parla aussi à l'époque de marques de mauvais traitements et certains pensent que c'est sa colère et son ressentiment qui l'ont amené à causer accidentellement sa propre mort.
Ijime aurait pu n'être rien de plus qu'un des échecs de la famille Isawa, un échec douloureux mais mineur qu'on aurait vite oublié. Cependant, nul ne put jamais percer à jour ses mystérieuses capacités que personne d'autre ne manifesta jamais et sa mort si particulière fit que l'on se transmit son histoire de génération en génération. Certains la racontent pour montrer que l'on ne connaît probablement pas aussi bien qu'on ne le pense le monde du surnaturel ou ce que l'on appelle "la magie". D'autres quant à eux voient dans cette vie tragique une leçon sur ce que les ambitieux et les égoîstes peuvent provoquer lorsqu'ils tentent de s'accaparer quelque chose qui les dépasse.

Isawa Takao
Mort en 489, Takao mériterait d'être cité plus souvent aux élèves des écoles de Tensai dont l'orgueil est parfois reconnu bien au-delà des terres du Phénix. Son extrême talent l'amena à occuper les fonctions de Maitre du Feu au sein du Conseil des Cinq à l'âge de 21 ans seulement et il occupa durant trois années cette position avant de mourir. Pétri d'orgueil ou trop imprégné par la nature impulsive de son élément, Takao envisagea de défier et soumettre l'Oracle du Feu, l'incarnation du Dragon du Feu dans le monde mortel. Il chercha l'être qui avait été autrefois un humain comme lui et le poussa à l'affrontement.
L'Oracle produisit une gigantesque colonne de feu visible à des kilomètres à la ronde et les témoins de l'affrontement racontèrent que Takao et son adversaire baigné de flammes restèrent immobiles pendant de longs moments. Tout le monde s'attendait à une autre démonstration spectaculaire lorsque soudain, le Maitre du Feu se jeta dans les flammes et périt sans laisser la moindre trace.

Shiba Toriiko
Parfois, l'honneur d'un samurai est tel que même sa mort est une leçon pour ses ennemis. Tel est le cas de la championne du Phénix Shiba Toriiko dont les plus grands louanges furent faits par l'homme même qui la tua. Même les descendants de Toriiko reconnaissent que nul poème commémoratif ne peut en effet égaler "les mondes dans ses yeux" écrit par un moine du nom de Gosano qui s'appelait encore Kakita Gosano lorsqu'il tua la jeune femme.
Toriiko et Gosano se retrouvèrent face à face en l'an 829 du calendrier impérial, durant l'affrontement qui serait nommé ensuite La Bataille du Daisho Brisé. Les généraux Matsu Tsunun et Kakita Gosano allaient s'affronter pour solder une vieille affaire d'honneur qui risquait fort de dégénérer en conflit de grande ampleur lorsque Shiba Toriiko apparut à la tête d'une armée de bushi Shiba. Ses hommes s'interposèrent et périrent par dizaines pour empécher les deux armées de s'affronter et finalement, Gosano se retrouva face à la championne du Phénix. Lorsqu'elle lui déclara qu'elle refusait de vivre dans un monde embrasé par la guerre et que c'était justement pour l'empécher que son armée s'interposait entre la Grue et le Lion, Gosano plongea son regard dans les yeux de la jeune femme et fut intimidé par sa résolution inébranlable. La peur le poussa à frapper d'un coup la guerrière et celle-ci ne fit pas le moindre geste pour l'en empécher.
Gosano raconta qu'au moment ou Toriiko chut devant lui, il sut à quel point il avait failli à la fois à ses ancêtres et à l'Empire. Le soir même, il fit parvenir ses sabres brisés à Matsu Tsunun et annonça qu'il se retirait dans un monastère de la famille Asahina. Il passa le reste de ses jours à tenter de transmettre l'amour pour la paix de celle qu'il avait tué.
Le clan du Phénix dit également qu'enfant, Toriiko eut un aperçu de ce qui l'attendait lorsqu'elle apprit que sa tante Tama venait de devenir le nouvel Oracle de l'Air et lui demanda imprudemment de montrer son pouvoir. Le nouvel Oracle se pencha sur sa nièce et lui dit alors "deviens forte en grandissant et un jour, tu préserveras la paix".
Certains pensent que cette histoire est pure fiction mais nombreux sont ceux qui la considèrent comme véridique. Ils y voient une preuve supplémentaire de l'honneur de Toriiko qui devina certainement quel risque elle prenait en s'interposant entre deux clans au bord de la guerre totale. Quoi qu'il en soit, Toriiko périt sans rien faire pour se défendre, Gosano se rasa le crâne et l'année 829 qui menaçait de se terminer dans le sang fut parmi les plus paisibles de l'époque.

Asako Hanasaku
Bien qu'il soit une personnalité au caractère excentrique des plus controversées dans l'histoire de sa famille, Hanasaku qui vécut durant le deuxième siècle est cependant considéré par les siens comme un quêteur de vérité qui s'aventura dans des domaines a priori peu recherchés malgré leur intéret. En effet, Hanasaku passa l'essentiel de sa vie adulte à tester sur sa propre personne un grand nombre de substances qu'il but, mangea, respira ou s'injecta sous la peau avec des aiguilles de bambou. Il subit comme on peut l'imaginer un certain nombre d'inconforts plus ou moins graves et finit d'ailleurs par succomber à un poison rare, le Jin-hana saku, dictant à un scribe les premiers symptômes qui précédèrent son évanouissement puis sa mort. On doit à cet homme des plus particuliers d'avoir découvert l'effet sur le corps humain d'un grand nombre de substances comestibles ou non et ce savoir fut transmis aux autres clans pour permettre des progrès extraordinaires de la médecine.
avatar
Scoub
Immortel des Monts de la Tartine
Immortel des Monts de la Tartine

Nombre de messages : 2077
Age : 33
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 14/12/2006

http://rokugannoshite.activebb.net

Revenir en haut Aller en bas

Phénix, III

Message par Scoub le Dim 17 Déc - 12:56

Naka Kaeteru
Personnage peu connu en dehors des shugenja, Kaeteru est une véritable légende dans l'histoire de l'ésotérisme rokugani et sa réputation n'est pas loin d'égaler celle d'Isawa lui-même bien qu'il n'ait pas de famille portant son patronyme pour perpétuer son souvenir. Une bonne partie des faits que l'on considère comme acquis à son sujet relèvent cependant de relations invérifiables et sont probablement entachés de nombreuses exagérations.
Il apparaît que Kaeteru fut d'origine modeste et quitta sa famille oubliée pour parcourir l'Empire, observant le monde autour de lui afin de trouver la sagesse. Il finit par arréter son cheminement en vue d'un magnifique bosquet près duquel il s'installa pour méditer. Durant les mois qui suivirent, nombre de curieux qui lui adressèrent la parole décidèrent de l'imiter et sa renommée grandit rapidement. Le jeune clan du Phénix apprit son existence et décida de subvenir à ses besoins, le considérant même comme l'un des leurs bien qu'il n'ait jamais rejoint une de leurs familles. Outre sa sagesse considérable qui fit qu'on le considéra comme le premier héritier des enseignements de Shinsei, Kaetera s'avéra disposer de pouvoirs extraordinaires et en mesure de rivaliser avec les plus puissants shugenja du Phénix. Il devint ainsi le Grand Maitre des Elements, un titre qui n'a plus été porté depuis son époque. Kaeteru passa le restant de ses jours à demeurer près de son bosquet, dispensant sa sagesse avec humilité et s'il faut en croire les histoires à son sujet, il s'éteignit paisiblement en l'année 160 du calendrier impérial, alors qu'il avait vécu plus d'un siècle et demi. On lui donne encore le titre de Guide Spirituel où d'Hôte Illuminé et bien qu'il soit beaucoup moins connu que Shinsei, il fait partie des plus grandes figures de légende au sein du clan du Phénix.

Isawa Taiko (Kitsu Taiko)
La famille Isawa s'est toujours enorgueillie d'abriter en son sein les plus puissants shugenja de l'Empire mais il est au moins un exemple reconnu pour prouver que cela ne fut pas toujours le cas. Comme son patronyme d'origine l'indique, Taiko naquit au sein de la famille Kitsu du Lion.en 721, alors qu'il n'avait que quatre ans, ses parents furent massacrés par des brigands mais l'enfançon déchaina les esprits du feu qui anéantirent les bandits. Cette prouesse incroyable le fit envoyer au sein de l'école de shugenja du Lion à un âge extraordinairement jeune et il ne tarda pas à dépasser tous ses confrères malgré le fait que l'enseignement des Kitsu portait principalement sur la magie de l'Eau. Une fois adulte, Taiko servit comme shugenja de guerre dans les armées de l'Empereur et il fut redouté à la fois pour ses aptitudes et sa nature directe et intransigeante. Lorsqu'il atteignit l'âge de la retraite, il fut invité par le clan du Phénix admiratif à rejoindre la famille Isawa pour devenir le nouveau Maitre du Feu, ce qui eut l'heur de plaire au shugenja intrépide. Taiko passa ainsi le reste de ses jours comme membre du Conseil des Cinq et on lui doit un grand nombre de découvertes à propos des kami du Feu, dont la plupart furent sans doute gardées secrètes par les tensai du Feu de son clan d'adoption.

Shiba Kaigen
En 408, la mort de Kaigen et son sacrifice sauvèrent le clan du Phénix d'une défaite humiliante et cet acte décisif le fit entrer à jamais dans les rangs des héros de la famille Shiba. Kaigen menait une petite troupe chargée de surveiller un col lorsqu'ils virent surgir une armée du Lion, décidée à les écraser pour pouvoir ensuite s'aventurer sur les terres du Phénix ou personne ne s'attendait à eux. Les Lions avaient l'avantage numérique et Kaigen comprit qu'il lui fallait absolument gagner assez de temps pour que l'alerte soit donnée par un de ses hommes qu'il dépécha vers les garnisons les plus proches. Il mena alors sa troupe à la bataille et il parvint gràce à sa grande connaissance des arts ésotériques à coordonner efficacement ses guerriers et les shungenja qu'ils accompagnaient ainsi qu'à contrecarrer au mieux les sorts lancés par les shugenja adverses.
Kaigen périt durant la bataille mais son sacrifice ne fut pas vain et le clan du Lion ne parvint pas à briser celui du Phénix cette année là. Il incarne sans contestation possible la valeur de l'enseignement des bushi Shiba qui inclut nombre de notions ésotériques a priori réservées aux shugenja et tous les membres de cette famille qui s'aventurent à passer le col ou Kaigen périt prennent le temps de s'arréter un instant pour déclamer eux aussi ses derniers mots :
"Mon souffle pour mon clan !"

Uikku
Abandonné par des parents dont on ne sait rien, Uikku fut découvert durant le règne du second Empereur et adopté par des paysans du Phénix trente ans après le Jour des Tonnerres. Il serait sans doute resté anonyme si l'on n'avait pas rapidement découvert que le jeune garçon connaissait le Tao de Shinsei dans son intégralité. Il n'avait que quatre ans environ et était capable d'en réciter des passages entiers sans commettre la moindre erreur ou omission alors que la plupart des paysans de l'Empire ne savaient pas lire et connaissaient tout juste l'existence de Shinsei. Les samurai du Phénix l'emmenèrent à Kyuden Isawa ou il devint vite apparent qu'en dehors de ce don remarquable, le garçonnet était en fait un simple d'esprit. Aucun sortilège ne parvint jamais à remédier à cet état mais le Conseil des Cinq décida de veiller sur le jeune garçon et lui donna le nom de Uikku ("le don"), persuadé que quelque grand dessein leur serait révélé par la suite. Il y eut même des gens pour penser que le jeune enfant anonyme au discours si étonnant n'était pas un humain mais une Fortune, voire même un dixième enfant de la Lune et du Soleil. Shinsei avait en effet indiqué à Hantei qu'il avait un frère cadet dont il ne connaitrait rien jusqu'à sa mort. Mais d'autres préférèrent considérer que l'humanité (encore jeune et relativement inculte) était ce fameux dixième enfant de la Lune et du Soleil, puisqu'elle était issue des larmes d'Amaterasu ainsi que du sang d'Onnotangu et que le premier Empereur était resté un souverain admirable mais très différent et distant de ses sujets mortels.
Avec les années, on se rendit compte qu'en vieillissant le jeune garçon déjà coupé du monde semblait perdre de plus en plus souvent contact avec la réalité. Les citations du Tao devinrent de moins en moins fréquentes et sans jamais cesser d'être un autiste à l'esprit handicapé, Uikku se mit à déclamer des phrases sans queue ni tête entrecoupées de délires. Le clan du Phénix ne parvint jamais à le soulager et il finit par périr dans un état de grande aliénation alors qu'il n'avait pas trente ans. Un mémorial fut élevé en son honneur et certains mystiques du clan du Phénix continuent à étudier ses déclarations dans l'espoir d'y découvrir quelque sens caché. La plupart des érudits pensent cependant que cet exercice est vain et qu'étudier les divagations d'un fou n'est qu'une perte de temps.
Certains voient aussi dans la vie de Uikku une parabole sur la nature de l'illumination. Selon eux, celle-ci ne s'obtient pas par des méthodes ou des pratiques précises mais consiste en fait à retrouver sa véritable nature. Le monde et la vie sont autant d'illusions qui éloignent l'individu de sa nature profonde et il ne s'agit donc pas tant pour ces gens de trouver l'illumination que de la retrouver. Ainsi, certains mystiques considèrent dans une telle perspective que le jeune Uikku, quelle qu'ait été sa véritable nature, était naturellement né illuminé ou proche de cet état avant que la vie ne l'en éloigne pour le plonger dans la folie.
avatar
Scoub
Immortel des Monts de la Tartine
Immortel des Monts de la Tartine

Nombre de messages : 2077
Age : 33
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 14/12/2006

http://rokugannoshite.activebb.net

Revenir en haut Aller en bas

Phénix, IV

Message par Scoub le Dim 17 Déc - 12:57

Asako Chukan
Daimyo des Asako durant les premières décennies du second siècle Chukan fut confronté à la nécessité d'organiser des bibliothèques et des archives en pleine expansion. La famille Asako avait constaté que les archives de tous les temples construits durant les précédentes décennies étaient désorganisées, chaotiques et détenaient parfois des informations contradictoires. Plus généralement, l'Empire vivait une période d'expansion considérable qui n'était pas dépourvue de soubresauts chaotiques, y compris dans son développement culturel ou religieux et dans la manière dont étaient tenues les archives officielles.
Il fallut neuf ans à Asako Chukan pour établir le premier système de nomenclature documentaire viable de l'histoire, qui vit le jour en l'an 119. Ses travaux permirent de classer et d'organiser l'ensemble des bibliothèques du clan du Phénix afin que les plus importantes détiennent l'ensemble des archives essentielles et que les autres sachent où et comment les consulter le cas échéant.
Etablir cette nomenclature et formaliser les échanges d'information entre les bibliothèques n'avait pu se faire que parce que Chukan avait su tirer partie de spécialistes issus d'autres clans qui étaient venu l'assister. Peu désireux de laisser repartir ces hommes et ces femmes alors que leurs années d'effort portaient enfin leurs fruits, il leur proposa de préter allégeance au clan du Phénix tout en partageant leurs méthodes avec les autres clans. Cet arrangement fut formalisé par la création d'une famille vassale, les Chukan, dont devinrent membres les messagers Miya, les scribes Ikoma et les bibliothécaires Doji qui avaient aidé Asako Chukan durant une décennie entière. Depuis l'époque d'Asako Chukan, ceux qui ont pris son nom continuent à perfectionner pour les Asako le système de classement le plus abouti de l'Empire et ils sont restés en étroites relations avec les autres clans qui bénéficient eux aussi de leurs travaux.

Asako Nani
Parmi les fondateurs des érudits Henshin de la famille Asako, Nani fut longtemps connu pour son excentricité et sa nature impétueuse, voire agressive. Dame Asako sut cependant voir sa valeur et il ne perdit jamais sa confiance. Après des années de patients efforts, il put ainsi faire à sa dame une proposition qu'elle jugea très utile. Alors que la majorité des Henshin vivaient reclus dans leurs bibliothèques et leurs monastères, Nani expliqua que leurs chères études historiques et philosophiques seraient de peu d'intérêt s'ils ne parvenaient pas à obtenir des informations de sources plus diverses et nombreuses. Il fut alors autorisé à fonder la famille Nani dont le rôle est de parcourir l'Empire afin de collecter légendes, contes, témoignages et informations historiques concernant tous les clans afin de donner plus de matière d'œuvre aux historiens sédentaires qui continuent à former la grande majorité des érudits Henshin.

Asako Sagoten
Fils de Yogo et de Dame Asako, Sagoten est une personnalité historique peu appréciée mais dont le souvenir est perpétué à la fois par respect pour ses géniteurs et pour la leçon que sa mort peut donner aux jeunes générations.
Promis en mariage à Isawa Akiko, la fille du maitre-shugenja, Sagoten avait tous les atouts en main pour devenir un personnage admiré et adulé. Il avait participé avec courage à la guerre contre le Sombre Seigneur, ses origines étaient prestigieuses, son avenir politique assuré et il était également fort versé dans les connaissances ésotériques. Malheureusement, Sagoten fut quelque peu gaché par cette pluie de bienfaits et il devint orgueilleux, intransigeant et capricieux. Ainsi, lorsque les relations entre sa famille et les Isawa se ternirent tandis qu'une méfiance réciproque se faisait jour, Sagoten ne fit qu'aggraver la situation. Lorsqu'un de ses cousins tua un Isawa durant une discussion un peu trop animée, Akiko rompit leur fiançailles et les deux familles entrèrent dans une période d'hostilité à peine déguisée. Sagoten ne s'en préocuppa pas le moins du monde et préféra pleurer sur son mariage qui n'aurait jamais lieu et nourrir son ressentiment. Près de vingt ans plus tard, en l'an 66 du calendrier impérial, les regrets et la colère avaient assez macéré pour qu'il commette l'irréparable.
Décidé à reconquérir son ancienne fiancée et à humilier les Isawa, Sagoten parvint à localiser l'artefact qu'Isawa avait voulu créer pour marquer l'union entre les deux maisons du Phénix, un objet surpuissant qui n'avait pu être réalisé qu'avec l'aide conjointe des shugenja Isawa et Asako. Mais après la mort d'Isawa, les deux familles s'étaient disputé le privilège de son contrôle et en fin de compte, l'objet parfois baptisé "le Dernier Vœu d'Isawa" avait été remisé et oublié. Sagoten (avec son père Yogo) avait été au nombre des Asako ayant contribué à sa création et pensait pouvoir l'utiliser à ses propres fins.
Les détails manquent sur ce qui se passa exactement mais il semble que Sagoten était trop obnubilé par ses désirs de "justice" pour agir de manière vraiment rationelle. Il perdit vraisemblablement le contrôle de l'artefact lorsqu'il se rendit à Kyuden Akiko, le château qu'occupait son ancienne promise. Une explosion gigantesque détruisit le château et ses environs, emportant Asako Sagoten, Isawa Akiko et des centaines d'autres victimes pour ne laisser qu'une étendue stérile qui n'a jamais refleuri depuis cette époque. Sagoten est donc souvent cité en exemple aux enfants du Phénix lorsque l'on parle des risques qu'un homme court à laisser ses émotions l'emporter sur son sens de la mesure.

Shiba Chikai
Les contes parlant de Shiba Chikai mettent en avant sa beauté, sa compassion et sa discipline. Née moins d'un siècle après la disparition du kami fondateur du Phénix, elle est devenue une figure de légende et une référence essentielle pour nombre de jeunes gens qui suivirent l'enseignement des bushi Shiba durant les siècles. Elle incarne aux yeux de la plupart la loyauté du samurai envers son seigneur
Le sens du devoir de Chikai fut mis à rude épreuve lorsqu'elle se vit confier la protection du Maitre de l'Eau, un homme puissant qui avait l'habitude qu'on fasse selon ses quatre volontés. Il développa vite une certaine attirance pour sa yojimbo mais celle-ci, quels qu'aient été ses sentiments envers le Maitre de l'Eau, ne se laissa jamais distraire de son devoir et repoussa courtoisement toutes ses avances. A la longue, la frustration poussa le maitre-shugenja à se montrer de plus en plus méprisant et même insultant envers la guerrière, au point ou personne dans leur entourage ne put ignorer plus longtemps le problème. Cependant, nul ne parvint à réfrener le shugenja qui continua en vain à tenter de s'imposer à celle qui avait juré de veiller sur sa vie. Jamais personne n'entendit Shiba Chikai énoncer la moindre plainte ni montrer le moindre signe de détresse.
Au bout de quelques années, tous deux durent se rendre à la capitale et furent attaqués par une bande de tueurs à gages sur la route. Le Maitre de l'Eau orgueilleux se montra imprudent et faillit le payer de sa vie. Chikai força le shugenja grièvement blessé à prendre la fuite pendant qu'elle restait afin d'empécher les assassins d'en finir avec lui. Le shugenja parvint à trouver refuge dans un village proche mais les samurai qui partirent à la recherche de Chikai arrivèrent trop tard. Elle était morte de ses blessures après avoir tué de sa main les dix assassins qui voulaient attenter à la vie du Maitre de l'Eau. Bouleversé par le sacrifice de sa yojimbo, celui-ci préféra abandonner son nom pour finir ses jours dans un obscur monastère.
La dévotion et l'honneur de la guerrière ont amené ses frères de clan à fonder après sa mort l'Ordre de Chikai, un groupe de guerriers d'élite chargé de protéger les Maitres des Eléments. Avoir le privilège d'en devenir membre est encore à ce jour un honneur sans égal pour les guerriers du Phénix.

Shiba Sodona
Lorsque Shiba Toriiko prit les rènes du clan du Phénix, elle succédait à un champion tué durant une escarmouche avec le clan du Lion. Elle ne fit rien pour le venger mais préféra œuvrer afin que cela ne se reproduise pas. Toriiko considérait que les Shiba étant dévoués à la protection des Isawa, ils ne prétaient peut-être pas assez attention à la leur et en 821, elle ordonna à son yojimbo Shiba Sodona de quitter son service. Il avait pour tàche de fonder une maison mineure dont la mission serait justement de veiller sur les notables de leur famille.
Et sept ans plus tard, lorsque Shiba Toriiko se retrouva en face du général Kakita Gosano, Sodona n'était pas présent pour s'interposer entre sa dame et son adversaire. Ainsi, alors qu'il avait reçu l'ordre de créer une famille chargée de protéger les seigneurs de la famille Shiba, Sodona n'avait pu empécher sa maitresse de mourir. Bien qu'il n'ait été en rien responsable de cette mort, puisqu'il avait été libéré par Toriiko elle-même et qu'elle avait laissé Kakita Gosano la tuer, Sodona sortit de Shiro Shiba et se rendit dans un champ tout proche pour y faire seppuku lorsqu'il apprit la nouvelle. Le mémorial qui lui est dédié est toujours entretenu par ses descendants qui continuent à veiller sur les seigneurs Shiba comme la famille Shiba veille sur ses cousins Isawa.

Isawa Nimuro
Bien que le jeu de Go soit certainement le plus répandu de tous les jeux de société de Rokugan, presque tout le monde a oublié qui en était le créateur car ses origines se confondent avec celles de l'Empire. Cependant, les érudits et les vrais amateurs de Go attribuent son existence à Isawa Nimuro, un daimyo du Phénix qui vécut durant à la fin du premier siècle. Celui-ci eut en effet l'occasion d'être l'hôte d'un personnage légendaire, Sun Tao, le "général ronin". Pendant cinq ans, Nimuro écouta ce que le guerrier autrefois au service d'Akodo avait appris en parcourant l'Empire et on admet couramment que c'est au contact de Sun Tao que le seigneur Nimuro qui n'avait pourtant rien d'un stratège entrevit des perspectives nouvelles. C'est donc à lui que l'on devrait la conception d'un jeu dont la simplicité apparente masque ses multiples attraits. Car le Go est à la fois un passe-temps, un outil politique, un art noble assidument pratiqué par les samurai ainsi qu'un jeu de stratégie très subtil.
avatar
Scoub
Immortel des Monts de la Tartine
Immortel des Monts de la Tartine

Nombre de messages : 2077
Age : 33
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 14/12/2006

http://rokugannoshite.activebb.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Personnages historiques du clan du Phénix

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum