TX 1. Au commencement ...

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

TX 1. Au commencement ...

Message par Scoub le Jeu 30 Oct - 10:38

Yan Sheng, perché sur sa charrette, vous jette derrière son sourire amical.
-Courage, braves ! La frontière n’est plus très loin ! A vous bientôt la gloire, la richesse, les privilèges !
Vous souriez, d’un regard éteint. Voilà plusieurs jours que vous marchez, et les souvenirs qui s’enchainent vous font mal. Quand on n’a rien à faire, on réfléchit. Et il n’est de pire sensation que celle d’avoir l’impression de tout laisser derrière soi sans pouvoir rien faire.

Tout a commencé avec cette histoire concernant la princesse Nan-hee, la fille de l’ambassadeur du Joséon. Le plan, la Secte des Cinq Venins, la perte tragique de deux amis pour Yu Fei. Et puis les complications. L’armée avait bel et bien finit par lever un contingent de cavalerie, mais nos amis avaient subi les affres de la torture pour insubordination, et aussi pour leur entreprise en solo qui avait fortement déplu au haut-commandement. Li Sung et Tigre Agile avaient subi chacun cent coups de bambou sur la place centrale de la cité militaire, avaient vus leurs biens confisqués, leur famille marquée du sceau de l’infamie, leurs possessions et titres annexées au service de l’Etat. Li Sung avait trouvé son père mort quelques jours après dans l’auberge qu’ils avaient réussi à louer en périphérie. Il avait fallu payer cher pour que l’aubergiste accepte ces hommes qui désormais étaient regardés avec mépris lorsqu’on les reconnaissait. Le vieil homme n’avait pu supporter la honte et s’était, comme tout noble encore digne, tranché la gorge avec sa propre épée. C’est d’ailleurs tout ce qu’on leur avait laissé. Il avait fallu travailler dur pour arriver à réunir le pécule nécessaire à la simple survie de nos amis. Ils étaient bons escrimeurs, à n’en point douter, mais leur réputation était faite à Linzi. Les écoles d’arts martiaux leur claquaient la porte au nez quand ils n’étaient pas vertement corrigés ou menacés. Même les mendiants les évitaient. Sales, hagards, en proie à l’hostilité générale, ils n’avaient trouvé de soutien qu’auprès de Lei Dian. Le chevalier avait assuré leurs besoins et leur avait trouvé un gîte en leur assurant que cette injustice remontait plus haut que la simple affaire de la princesse Nan-hee. Un proche de l’ambassadeur, sans doute éconduit en amour par cette dernière, voyait d’un très mauvais œil la princesse, qui avait été sauvée grâce à nos amis et semblait le savoir, faire sans cesse des compliments sur ces derniers et chercher à les rencontrer. Un véritable complot avait été ourdi afin d’écarter tout danger. Ils étaient maintenant des parias, des moins-que-rien, des traitres ! Lei Dian avait eu vents de pots-de-vin à différents notables de la cité afin « d’organiser » le déshonneur public des braves, et son enquête l’avait amené à s’intéresser de près à des notables, des assistants de magistrats, une partie du personnel du Joséon, et certains noms liés au quartier militaire.

Un beau marasme avait suivi. Soucieux de savoir ce qui avait valu pareille déchéance, nos amis avaient poussé leur enquête, mais au fur et à mesure qu’ils semblaient avancer, il leur apparaissait que les gens responsable de cette affaire appartenaient à des grandes familles. Leurs plaintes restèrent sans réponse, et les attitudes devinrent bientôt menaçantes. Li Sung fut même, un soir, bastonné par quatre ou six compères à la sortie d’une échoppe où il achetait un peu de vin bon marché. Personne ne leva le petit doigt pour le sauver de cette affaire qui le laissa alité trois jours durant ! Yu Fei, lui, se vit rosser dans le petit wu lin par un groupe d’élèves appartenant à plusieurs écoles, où il avait parfois officié en tant que médecin. Des rumeurs circulèrent également sur le fait qu’il avait assassiné son ami Saule Immortel afin de pouvoir séduire sa veuve ! Cette dernière avait par ailleurs quitté Linzi pour s’en retourner dans son Zhao natal. Pour Tigre Agile, étant donné le peu d’amis qu’il comptait, la situation était plus tranquille, mais il restait pour tous un homme lâche, bien que personne ne se soit risqué à l’insulter en face. Néanmoins, il se vit bientôt refuser l’accès à la ville, en tant que militaire, bien qu’il ait été rayé des registres et battu de 150 coups de bambou sur la place de grève. Son dos avait cicatrisé de manière impressionnante selon Yu Fei, qui chaque soir lui avait administré onguents et pommades acheté à un vendeur ambulant. L’affaire de la princesse Nan-hee avait fait grand bruit, et on voyait parfois, gratté sur les murs à la craie ou au charbon, des vers satiriques ou des caricatures représentant dans des situations grotesques nos malheureux amis. Des mauvaises blagues circulaient à leur propos, et on les raillait souvent lorsqu’ils osaient s’aventurer en ville pour leurs besoins vitaux. La plupart du temps, ils se contentaient de rester dans leur taudis, attendant d’avoir assez d’argent pour emménager ailleurs. Le magistrat avait exigé comme « caution » la somme de quatre mille bu afin qu’ils puissent librement quitter la ville. Autant les condamner à mourir à petit feu, mais ce décret injuste ne trouvait personne pour le contredire !

Au bout de trois mois de ce traitement humiliant, ils étaient à bout. Et soudainement, tout s’était accéléré. Un beau soir, ils avaient été chercher quelques restes de légumes pour leur gruau -ils ne se déplaçaient plus qu’en groupe après les bastonnades dont ils avaient été victimes- et avaient senti la présence de plusieurs hommes aux intentions douteuses. Une demi-douzaine d’hommes en armes s’étaient révélés au fur et à mesure, leur demandant de ne pas leur en vouloir, mais qu’il fallait bien gagner sa croute, et que leur employeur avait grassement payé pour qu’ils quittassent ce monde ; de toute manière, personne ne les regretterait. Hélas ! Les tueurs n’avaient certainement pas prévu une défense si acharnée, car en quelques passes d’armes, les coquins étaient à terre, désarmés, ou morts. Devant le questionnement féroce de nos amis, ils avaient donné le lieu et le jour de leur paye, et décrit leur employeur. Ils avaient ensuite été balancés aux cochons de la porcherie voisine. Le vaste cycle de la vie.

C’est ainsi qu’ils avaient fait la connaissance de Yan Sheng. Au fond d’une gargote sentant le mauvais vin et la viande avariée. Pas vraiment grand ni beau comme sauveur ; le nez un peu tordu, le front aplati, il avait le teint mat des hommes de la plaine, et il lui manquait un doigt à la main gauche. Il avait les cheveux attachés à la manière des serviteurs, et portait un changpao beige tout simple. Le premier rapport avait été … un peu brutal, tant il est vrai qu’il avait payé ces hommes pour les tuer, et que nos amis étaient de nature assez rancunière. Mais passons ! Alors que la large paume de Tigre Agile maintenait sa gorge contre une poutre en bois, l’homme, devenu rubicond, les supplia de bien vouloir écouter son histoire, et de le laisser respirer. Ils commandèrent, de la viande et du vin et commencèrent à écouter, étant donné qu’ils n’avaient rien à perdre et n’avaient pas pris de vrai repas depuis des jours, alors que les économies de Lei Dian avaient fondu comme neige au soleil.

Yan Shang était originaire du Qin, et plus précisément de Xianyang, la capitale. Né d’un père ouvrier et d’une mère qui était morte jeune, Shang avait réussi à obtenir le poste de serviteur dans la maison d’un membre de la cour, un obscur fonctionnaire royal, qui avait eu le malheur d’enfreindre une loi et l’avait payé de sa tête. Tous les serviteurs s’étaient vus confier à la responsabilité du plaignant de l’affaire fatale, alors peu connu à l’époque, un marchand de chevaux issu du Zhao, Lu Buwei, et qui allait, en quelques années, devenir le Premier Ministre du royaume de Qin. Shang servait son maitre depuis lors avec fidélité, reconnaissant de lui avoir sauvé la vie, puisqu’il aurait pu décider de châtier avec le maître tous les serviteurs. Or, son maître lui avait dernièrement confié une mission de la plus haute importance : retrouver et amener au Qin les fameux « Bouchers de Quzhi », ces hommes qui avaient permis de tuer le prince félon qui avait menacé la paix intérieure du royaume voilà plus d’un an déjà. Il lui avait fallu du temps pour les retrouver, mais il avait fini par les découvrir.

Moitié rieur, moitié craintif, Yan Shang continua son récit, et comment il avait entendu parler d’eux, et à quel point Lu Buwei faisait leur éloge à Xianyang, et avait promis au futur roi, Ying Zheng, qu’il les lui présenterait en personne.

Nos amis se regardèrent du coin de l’œil. Quzhi. Jamais ils n’avaient entendu parler de ce nom. Yu Fei blêmit d’un coup, et, demandant à Shang d’aller rechercher du vin, avisa ses amis : Pao Su, l’exorciste désormais décédé, lui en avait touché deux mots ; avec Huan Hunshu, ils s’étaient retrouvés mêlés à une sombre affaire de règlement de comptes entre deux princes de sang du Qin ; ils avaient rencontré Lu Buwei et ce dernier avait été des plus généreux après qu’ils aient tué le prince dissident. Or, il se trouvait que Li Sung ressemblait étrangement à Pao Su. Selon Yu Fei, Pao Su avait décrit leur entretien avec Lu Buwei comme bref et assez expéditif ; ils ne pouvaient s’être raconté grand’chose, et peut-être fallait-il tenter sa chance.
Yan Shang revint avec deux pichets. Selon lui, Son Excellence tenait à les voir à la cour de Qin le plus prestement du monde ; il avait donné à son serviteur pas loin de dix ligatures -soit environ 10.000 bu- afin de les ramener à Qin ou de les occire ; des hommes d’une telle valeur, s’ils n’étaient pas employé par lui, ne devaient pouvoir servir ses ennemis ! Ils toucheraient leur poids en or s’ils venaient à Qin, et auraient un poste raisonnable, un bon salaire, et une vie paisible. Après tout, le roi de Qin lui-même leur « devait sa couronne » selon son expression.

Il n’en fallut pas beaucoup plus pour décider nos amis à plier bagage, lâcher les quatre ligatures au magistrat sidéré de voir ces gens en haillons lui délivrer autant d’argent, et plier bagage en emmenant le strict nécessaire. A la sortie de la ville, Yan Shang les attendait avec des chevaux frais, de beaux vêtements neufs, des chapeaux, des chausses remarquablement cousues, des ceintures de soie, et une charrette où s’entassaient provisions et aliments. Lui-même semblait content d’avoir pu ramener au Qin ses « invités », car s’il avait échoué, il ne doutait pas du sort que le Premier Ministre lui aurait réservé, si bon soit-il.

Et le dix-septième jour du mois du Coq, la petite troupe se mit en route. Prenant les routes, s’arrêtant dans les auberges, nos compagnons écoutaient chaque soir Yan Shang raconter combien il leur était reconnaissant d’avoir accepté. Et ils trinquaient à la vie de château qui les attendait. En un mois, ils traversèrent rapidement et discrètement Zhao et Wei pour atteindre Qin. En vue de la frontière, Yan Shang leur donna des permis de port d’armes à chacun ; en effet, la loi voulait que quiconque était pris en possession d’une arme fût puni de mort. Avec le temps, les guildes de marchands et certains notables avaient réussi à faire voter un édit permettant d’obtenir des permis de port d’arme ; les sociétés d’escorte pouvaient ainsi faire leur travail -bien maigre en vérité, puisque les criminels étaient fort peu nombreux- en toute tranquillité. Néanmoins, au pays du légisme, si un homme portant une arme se rendait coupable d’un crime, il était puni de mort, ainsi que l’homme qui lui avait obtenu le permis ; il allait sans dire que les marchands n’engageaient pas n’importe qui pour les protéger !

Ils bavardaient du Qin et de Lu Buwei lorsqu’ils arrivèrent au poste frontière : la bâtiment, faiblement défendu avait pour but de s’acquitter de la taxe, et de changer les essieux de la charrette ; chaque Royaume avait en effet sur ses routes des rainures de taille différente, et pour pratiquer ces routes il fallait un essieu de la bonne taille. Une cinquantaine de soldats, armés d’épées et de hallebardes en fer -à un simple poste frontière éloigné de tout !- tout vêtus de noir, les inspectèrent et mirent de côté leurs armes pendant qu’ils les fouillaient, leur demandaient le but de leur visite, et vérifiaient leurs papiers, recommandations, et permis de port d’armes. Ils commencèrent à signer dans des registres, donnant leur nom et motif d’entrée au préposé au registre, qui griffonnait sur des lattes de bambou les indications données. Lorsqu’ils mentionnèrent être venus sur ordre de Lu Buwei, le soldat se figea, demanda à ce qu’on répète, et à la deuxième phrase … ordonna qu’on les arrête tous !
Nos amis étant désarmés, qu’auraient-ils bien pu faire ? Devant les récriminations de Yan Shang, l’officier le frappa violemment à la tête. Ils furent promptement ligotés, jeté à terre, et enfermés dans une misérable cellule sans fenêtre, dont la paille au sol sentait l’urine et la sueur … Yan Shang étant inconscient, nos amis n’obtinrent pas de réponse à leurs questions pressantes.

-Je n’y comprends rien ! Notre ordre était signé de la main même de Son Excellence ! Comment ces brutes ont-elles pu bien nous faire cela ?
Yan Shang avait maigri. Beaucoup. Il semblait bien fragile, au milieu d’eux, au fond des geôles de Xianyang, la capitale du royaume de Qin. On les avait transférés presque quatre jours plus tôt. Quatre jours ? Deux jours ? Une semaine ? Difficile à dire, puisqu’aucun soupirail ne permettait de voir la lumière du jour. Entassés à près de cent-cinquante ou deux cents dans d’immenses cages aux barreaux en fer, la vie ici était une lutte de tous les instants. La nourriture -enfin, le repas- était servi de manière régulière sous la forme d’un gros chaudron qu’on jetait à moitié au milieu. Lorsque les gardes arrivaient, les prisonniers se calaient contre les murs : les gardes arrivaient par groupe de vingt, dont une dizaine d’arbalétriers, et gare à celui qui trainait à dégager le chemin ! Un carreau le touchait à coup sûr, le faisant mourir doucement ou prestement, ou le privant d’un membre. Une fois le chaudron posé, les gardes repartaient, et la foule des pauvres hères se jetait avidement sur le repas ; c’était alors un violent combat pour avoir droit à sa ration quotidienne, et il arrivait que quelqu’un se fasse piétiner à mort par la marée humaine. Dans tous les cas, au bout de quelques jours privés de nourriture, certains étaient trop faibles pour pouvoir bouger, et donc n’avaient plus qu’à prier pour qu’on leur donne un petit quelque chose. Mais personne n’aurait partagé son repas sous peine de mourir de faim à son tour. Les plus faibles servaient généralement alors à assouvir les plus bas instincts des plus forts. La nuit résonnaient des cris de douleur et des râles de plaisir, quand de véritables bandes organisées de criminels s’en prenait à un trop faible pour se défendre. Wu-le-forgeron était un de ces hommes. Rablé, le teint mat, deux « cachets dorés » sur les joues, marques de ses crimes posées au fer rouge. Il régnait en seigneur sur la geôle, et avec sa douzaine de sujets, faisait plier les plus faibles, et terrorisait les autres. Il avait étranglé de ses mains plusieurs codétenus qui avaient eu le malheur de renverser sa pitance, et cela en avait le piètre roi de ce cul de basse-fosse. Au bout de trois repas à ce régime, nos amis s’étaient naturellement retrouvés en rapport de force avec ce Wu. Et ses acolytes. Il frottait son entrejambe et leur adressait des propositions salaces suivies de menaces s’ils ne donnaient pas leur ration de la journée, menaçant de faire subir à Yan Shang les pires outrages. Ce dernier, vu son teint blafard, ne tiendrait pas bien longtemps …
avatar
Scoub
Immortel des Monts de la Tartine
Immortel des Monts de la Tartine

Nombre de messages : 2077
Age : 32
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 14/12/2006

http://rokugannoshite.activebb.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Scoub le Mer 12 Nov - 12:19

Les torches éclairent péniblement la vaste geôle. Les tuniques couleur de sable, dont certaines semblent saturées des traces de sang, d'urine et de croutes laissées par leurs propriétaire successifs, s'affairent autour d'un corps inanimé. On lui crache dessus, et les quelques badauds qui s'éloignent, dépités, du spectacle, sont suivis bientôt par la majorité des dizaines de détenus qui emplissent la vaste cellule collective. Un mort, violent en plus, c'est l'assurance de voir débarquer Tu Er Po et ses hommes, ou l'un de ses sous-fifres. Le "patron" des cellules de Xianyang garde en effet un œil vigilants sur ses détenus, et tient une comptabilité stricte et morbide du nombres d'hommes sous sa surveillance. Ici comme ailleurs, la Loi est au-dessus de tout. Et l'ordre règne tant bien que mal sur cette basse-cour emplie de meurtriers, de droit commun, de dissidents politiques, de voleurs ... tous classés selon leur crime et leur peine au sein des différentes cellules; plusieurs milliers de prisonniers croupissent, meurent, vivent au sein du plus vaste ensemble carcéral de l'époque. Et, de jour comme de nuit, on entend les cris des suppliciés venir des tréfonds de la partie réservée aux aveux. La torture est méthodique, et les survivants peu nombreux. Les bourreaux et tortionnaires des geôles, de bons citoyens de la machine administrative, servent scrupuleusement la roue de la Justice.

Effectivement, l'un des administrés vient rapidement. Il crie rapidement un ordre et des soldats viennent alors se loger près des barreaux. La porte est ouverte dans un grincement sinistre et deux détenus apportent le corps jusqu'aux grilles, puis retournent à bonne distance. Si personne n'avait amené le corps, la geôle entière aurait été privée de nourriture pendant le reste de la semaine. Les plus anciens détenus -certains sont là depuis deux ou trois mois- connaissent les règles; et ici, on apprend vite. Plus d'un a perdu la tête pour avoir manqué au règlement, par ailleurs extrêmement strict. Et devant les geôliers, même les pires des assassins filent doux, comme des agneaux. Cette immense machine à broyer les individus marche impeccablement. Jamais une rébellion n'a eu lieu ici.

Soudain, la rumeur enfle. Alors que Li Sung, Coq Fouroyant, Huan Hunshu, Tigre Agile et Lei Dian forment un rempart devant le pauvre Yan Shang face à la bande de Wu, la grille du couloir est rapidement investie par deux rangées d'arbalétriers portant la livrée noire des armées de Qin. Derrière eux, une trentaine de gardes se prépare à entrer dans la cellule. C'est la ruée générale vers le fond de la pièce pour les prisonniers, qui semblent savoir de quoi il s'agit. Trois des hommes de Wu sont fauchés net par les tirs d'arbalètes, et un quatrième se tord par terre de douleur.
Tigre Agile constate qu'un carreau est venu se ficher dans sa cuisse lorsque la douleur le submerge (5 dégats). Pris de cours, nos amis restent sans voix, alors que les gardes pénètrent dans la cellule en tas groupé, hallebardes en avant, embrochant comme un vulgaire poulet un détenu qui s'était allongé par terre. Deux autres hommes sont à nouveau touchés par des tirs alors qu'ils font mine de bouger vers le fond de la cellule. Les hallebardiers encerclent rapidement nos amis ainsi que la demi-douzaine de détenus qui était à coté d'eux. Le mourant est achevé rapidement par deux gardes, et émet un râle rauque alors que le sang inonde sa tunique. Devant la réticence des hommes de Wu, on en abat un sur-le-champ, ce qui calme les ardeurs de tous les autres. Nos amis sont rudoyés, et pressés entre les gardes de la prison, extraits brutalement de la cellule, où la porte se referme. En quelques instants, tout est plié. les cinq premiers détenus -Wu, deux larrons, Lei Dian et Yu Fei- sont installés sur un joug qui leur maintient la tête entre deux planches de bois. Des gardes leur tiennent fermement les poignets, et l'un d'eux rosse un vilain qui s'urine dessus à l'idée du châtiment.

Sortant d'un bac de braises ardentes un tisonnier rougeoyant, le geôlier, un homme à la mine rubiconde et au cheveux gras, le nez renfoncé, approche des prisonniers, et marque le premier quidam à la joue, en prenant visiblement un malin plaisir à laisser le métal en contact avec la peau, dégageant une odeur de viande roussie qu'il hume avec un délice malsain. Le deuxième quidam est gratifié d'un "cachet doré", lui aussi. Vous voyez distinctement la tige de métal faire roussir les poils de sa barbe naissante, puis s'incruster dans sa chair et la tirer lorsqu'au bout de vingt à trente secondes, le geôlier la retire. On croit voit un bout de l'os à travers la plaie béante, mais les hurlements de l'homme sont tels que Wu crache au visage de l'homme quand le tison arrive vers lui. Le mollard arrive sur le nez de l'homme, qui s'essuie patiemment du revers de la manche, puis, rehaussant celle-ci, empoigne fermement le manche à deux mains.

-On joue les fortes-tête, hein, mon gaillard ? Foi de Dai Sui, tu vas apprendre à respecter tes supérieurs, chieur de racaille!

Et de lui enfoncer le tison brulant au niveau de l'œil. Wu gueule comme un pourceau qu'on égorge; son œil éclate littéralement, et une humeur à moitié liquide en sort, coulant sur sa joue, faisant des bulles avant de se rigidifier en une coulée infâme ... Wu ayant perdu connaissance, le geôlier trempe son tison dans l'eau, lentement, attend qu'il soit bien froid, et le repose dans les braises. Le prochain sur la liste est Coq Foudroyant ...

-T'inquiètes pas, gueule d'ange, tu sentiras presque rien ... au début! le nargue le geôlier. Puis après, tu vas sentir la chaleur monter et te dévorer les chairs; et tu vas comprendre c'qu'a pu ressentir celui ou celle que t'as s'riné pour finir ici comme un gibier de potence.

L'homme le prend vraisemblablement pour un tueur, un criminel endurci ... il est vrai que nos amis sont logés dans une cellule ou se côtoient assassins, violeurs, bandits, ... des gens au casier long comme le bras! Les simples délinquants sont "rangés" dans d'autres cellules!

-Ah, le voilà à point! lance le bourreau en laissant tomber sur le tison une goutte d'eau qui s'évapore aussitôt. Laisse-toi faire, et ce sera rapide!

(Si quelqu'un à la compétence Bureaucratie ou Courtisan, il peut faire un Test sous Bois, et vous pouvez intervenir afin d'essayer d'éviter à Yu Fei de porter la marque des détenus de lourde peine!)

_________________
[...]Hida Kisada, qui se soucie autant de l'avis de l'Empereur que moi de mes chaussettes sales...[...]
avatar
Scoub
Immortel des Monts de la Tartine
Immortel des Monts de la Tartine

Nombre de messages : 2077
Age : 32
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 14/12/2006

http://rokugannoshite.activebb.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Mushu Yu Fei le Jeu 13 Nov - 11:27

Yu Fei regardait l'homme d'un air subitement appeuré. Avalant bruyament sa salive, il couina d'une voix fluette:

- Ummh...Docteur?, hésita-t-il. Je...je... suis plus trop sûr de vouloir la faire cette opération en fait...J'me sens pas très bien je crois que j'vais vomir. Ca va pas être possible, on peut reporter ca?


(J'attend voir si on peut me sauver les miches hein ^^ Si une âme généreuse pouvait faire un petit lancer de dés pour sauver les miches de mon perso, merci ! Sinon en dehos de crier comme une fillette, la seule chose que je pourrais faire c est encaisser avec mon petit tao du corp renforcé, et prier d avoir suffisament de corne sur la peau de la joue pour pas que ca atteigne l'os...miam)
avatar
Mushu Yu Fei
Maître du pain de mie
Maître du pain de mie

Nombre de messages : 592
Age : 32
Date d'inscription : 20/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Sami le Jeu 13 Nov - 12:38

Tigre agile regardait la scène, frustré par son impuissance. Il voulait venir en aide à son ami, mais les conséquences pourraient être bien pire que ce qu'il se passait en ce moment ... Il resta donc immobile, tenant sa jambe blesser dans les mains.

_________________
Double dessert, y a que ça de vrai.
avatar
Sami
Double-dessert
Double-dessert

Nombre de messages : 739
Age : 33
Date d'inscription : 19/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Scoub le Jeu 13 Nov - 16:11

Le bourreau fut quelque peu ... surpris par les paroles de Yu Fei.

-Cesse de baragouiner n'importe quoi ou tu vas me faire trembler.

Il découvrit une rangée de dents jaunâtres qui présentait quelques trous, content de sa blague, et rapprochant le tisonnier de Yu Fei, saisit ce dernier par les cheveux ...

_________________
[...]Hida Kisada, qui se soucie autant de l'avis de l'Empereur que moi de mes chaussettes sales...[...]
avatar
Scoub
Immortel des Monts de la Tartine
Immortel des Monts de la Tartine

Nombre de messages : 2077
Age : 32
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 14/12/2006

http://rokugannoshite.activebb.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Mushu Yu Fei le Jeu 13 Nov - 16:29

La sueur suintait de tous les pores de la peau de Coq Foudroyant, il ferma les yeux et serra les dents...

__________

<Jet de résistance> Pour -ne pas- tomber dans les pommes
avatar
Mushu Yu Fei
Maître du pain de mie
Maître du pain de mie

Nombre de messages : 592
Age : 32
Date d'inscription : 20/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Hida Stoof le Jeu 13 Nov - 21:48

(je suis vraiment dsl, j ai pas du tt le temps de lire le pavé que niko a lancé dans la mare de Qin... j ai une intero demain t c est assé important vu que notre moyenne est sur 3 note... pour le moment j ai 17,75 donc jveux pas baisser... mais comme j ai bureaucratie il me semble jv esayer de sauver malgré mon emploi du temps chargé la peau de mushu ...)

donc Tao presence sereine rang 2


bois 3 + bureaucratie 1 + Yy + 2

(edit: DOh bon 7 jpeut rien faire de plus ...)


Dernière édition par Matsu Stoof le Jeu 13 Nov - 21:49, édité 1 fois
avatar
Hida Stoof
Gardien de la Source
Gardien de la Source

Nombre de messages : 1040
Age : 33
Localisation : le Dojo du chateau de la magistrature de Ryoko Owari Toshi
Date d'inscription : 14/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Sami le Ven 14 Nov - 9:24

(au cas où ni stef ni mushu n'arrive a gérer la situation)

Tigre agile ne pouvait supporter la vue de la détresse de son ami coq foudroyant. Il ne méritait pas cela, il fallait détourné l'attention.

Tigre Agile se leva donc, oubliant le carreau d'arbalète planté dans sa cuisse.
Provoquer le garde, lui faire peur... voila ce qui devait être fait.

Hé le garde, pourquoi t'attarder sur un gringalet comme lui ... tu t'attaque aux faibles, es tu lâche à ce point ? Il te sera trop facile de le faire crier lui ... Alors que moi, tu n'y arrivera jamais... Ou peut être me crains tu trop pour tenter ta chance ?

Alors qu'il disait ces paroles, on pouvait voir sur le visage de Tigre Agile se dessiner un sourire provocateur, accompagné du regard embrasé. Ce regard qu'il dégageait lorsqu'il lançait un défi.

_________________
Double dessert, y a que ça de vrai.
avatar
Sami
Double-dessert
Double-dessert

Nombre de messages : 739
Age : 33
Date d'inscription : 19/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Scoub le Ven 14 Nov - 10:45

Le tison se figea à quelques centimètres de la peau de Yu Fei. Le Coq Foudroyant de Handan laissa échapper un soupir. Tigre Agile se tenait debout, sa jambe blessée semblait vibrer; il faisait beaucoup d'efforts pour se tenir debout. Le sang avait cessé de couler le long de sa jambe, mais le carreau d'arbalète en dépassait toujours.

Le geôlier renifla bruyamment, puis crachat par terre un glaviot sonore.

-Attends, mon joli, j'crois qu't'as pas bien compris qui t'étais ici! T'es rien, tu piges ? La moindre merde de rat à plus de chance de survie que ta gueule. Tu veux jouer au héros, hein, saloperie de tueur ? Il rugit littéralement à l'attention des deux gardes, qui s'étaient presque reculés de notre ami pendant sa diatribe. Amenez-moi ce foutu connard ici! S'il aime faire le fier, on va voir comment il réagit après ça!

Un violent coup de hampe derrière le genou blessé plia instantanément Tigre Agile au sol. Quelques coups de bottes dans les côtes ne lui arrachèrent qu'un souffle frustré. Un troisième garde vint en renfort, et l'on défit les trois prisonniers déjà marqués pour l'y installer. Il rejoignait donc Yu Fei et Lei Dian, les doublant par là même sur la liste des marqués au fer rouge.
avatar
Scoub
Immortel des Monts de la Tartine
Immortel des Monts de la Tartine

Nombre de messages : 2077
Age : 32
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 14/12/2006

http://rokugannoshite.activebb.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Sami le Ven 14 Nov - 10:57

Tigre agile avait prévu la réaction du garde ... il aurait seulement espéré prendre la place de Coq foudroyant. Il se prépara donc à recevoir la douleur, mais il était hors de question d'assouvir le plaisir du garde en montrant sa souffrance.

(J'utilise tao corps renforcé Rang 2 + Tao bouclier invisible rang 1. Je sais qu'ils s'utilisent en combat normalement ... mais si possible j'aimerais les utiliser dans le RP : Corps renforcé pour ignoré la douleur et bouclier invisible pour réduire les dégats subits par le marquage au fer rouge. Ça te va nico ? )

PS : je dois faire un jet de quoi pour pas hurler de douleur sinon ?

_________________
Double dessert, y a que ça de vrai.
avatar
Sami
Double-dessert
Double-dessert

Nombre de messages : 739
Age : 33
Date d'inscription : 19/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Scoub le Ven 14 Nov - 12:48

[1- Un tao s'utilise quand on le veut: c'est une utilisation de l'énergie vitale dans un but donné.

2- Un Test de Résistance me parait approprié.

3- J'attends de voir les réactions de tous les joueurs avant de "continuer; il est donc possible que quelqu'un t'évite la brulure en agissant.

4- Stef; Li Sung réalise après réflexion (pendant l'emprisonnement en fait) que si on les a placés là, c'est parce que leurs papiers étaient fournis par Lu Buwei à priori; le Premier Ministre pourrait très bien avoir été renvoyé ou disgracié, ou pire; avoir trahi: cela expliquerait qu'on jette ses serviteurs et amis en prison!]

_________________
[...]Hida Kisada, qui se soucie autant de l'avis de l'Empereur que moi de mes chaussettes sales...[...]
avatar
Scoub
Immortel des Monts de la Tartine
Immortel des Monts de la Tartine

Nombre de messages : 2077
Age : 32
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 14/12/2006

http://rokugannoshite.activebb.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Hida Stoof le Ven 14 Nov - 13:09

(jte repond se soir ou demain matin apres avoir lu la cituation... voila Bx)
avatar
Hida Stoof
Gardien de la Source
Gardien de la Source

Nombre de messages : 1040
Age : 33
Localisation : le Dojo du chateau de la magistrature de Ryoko Owari Toshi
Date d'inscription : 14/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Sami le Ven 14 Nov - 14:09

(bon alors je prepare un jet de resistance en prévision )

jet Yy + resistance(6)

_________________
Double dessert, y a que ça de vrai.
avatar
Sami
Double-dessert
Double-dessert

Nombre de messages : 739
Age : 33
Date d'inscription : 19/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Scoub le Ven 14 Nov - 14:09

Le membre 'Caïn' a effectué l'action suivante : Lancer les dés

Spoiler:
#1 '10' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 '10' :

#2 Résultat :


Dernière édition par Scouby-Zi le Lun 24 Nov - 19:10, édité 1 fois
avatar
Scoub
Immortel des Monts de la Tartine
Immortel des Monts de la Tartine

Nombre de messages : 2077
Age : 32
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 14/12/2006

http://rokugannoshite.activebb.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Gunther Fett le Sam 15 Nov - 11:47

Ah ! Ainsi en étaient-ils tous réduit à de simple soudards ou vils prisonnier pour des raisons que Lei Dian ne pouvait comprendre. N’avait-il pas passé les derniers mois à rendre service ? Jusqu’à user la moindre de ses économies pour protéger ces nobles combattants et lettrés ? Et ils seraient marqué par le seau de la disgrâce malgré une invitation explicite d’un haut dignitaire du Qin, et ce, par des gardes de ce même royaume ? Les questions se multipliaient dans le crâne du wu-xia alors qu’il assistait au spectacle le plus déshonnorant qu’il eut vu depuis qu’il était sur les routes en quête de la perfection de son art. Et non, ce ne serait pas ici qu’il se perfectionnerait en quoi que ce soit. Au mieux une mort rapide, au pire, le travail forcé, et une mort des plus lentes, pas besoin d’être une lumière pour savoir cela : Le Qin était l’état le plus rigoriste qui soit. Le légisme était une plaie, et ils allaient tous en faire les frais. Où était l’honneur dans tout cela ?

L’instant d’avant avait vu Yu Fei, le brillant lancier, fondre de terreur devant le sort qu’il l’attendait, détruisant l’image qu’en avait eu Lei Dian, mais qui pouvait lui en vouloir ? Marqué comme une bête de somme, au fer chaud, cela n’était pas sans douleur. Le wu-xia s’était préparé à sentir la chair du taoïste brûler, et l’entêtante odeur qui suivrait les cris qui ne manqueraient pas à percer rapidement ses tympans. Non pas qu’il eut déjà connu telle odeur, mais il savait que ce serait une épreuve insoutenable pour son estomac.
Mais l’instant suivant fut auréolé d’une certaine lumière au milieu de l’obscurité que les lieux n’aidait guère à éclairer. Lei Dian vit comment Tigre Agile, malgré son état actuel d’estropié, du fait d’un carreaux qui l’avait profondément affaiblit à la jambe, se dressa courageusement et fut roué de coups pour cela dans le simple souhait de prendre la place de Coq Foudroyant. Ce ne pouvait que ralentir l’inévitable, tout en accélérant sa propre mutilation par le fer chauffé à blanc. Ce serait donc Tigre qui subirait les outrages en premier… Mais au fond de lui, perdu pour perdu et devant cette marque d’honneur, Lei considéra qu’il fallait agir, inspirant à plein poumons cette bouffée de vigueur que le courageux jeune homme lui avait insufflé. Non, il ne laisserait personne se faire brûler le corps aujourd’hui, à moins qu’il ne meure dans la tentative… Puisse ses ancêtres guider son bras.

Trois gardes monopolisés, l’attention de l’assemblée rivée sur la crémation à venir, Lei Dian tenta le tout pour le tout.

Spoiler:
Ok ! C’est partit ! Je suppose que Lei Dian est harnaché comme un poney, et qu’il a potentiellement deux garde qui le maintiennent. Mais peut être peut il compter sur une inattention passagère de leur part et de ruer dans les brancards, le but étant de créer un petit chaos total. Je viserais bien le tisonnier et la réserve de braises, histoire de renverser le tout sur le bourreau. De plus, Lei Dian tente de rallier les autres à sa tentative

Est-ce possible ? Quel sont les jets à faire ?

_________________
Don't mess with a Mando.
avatar
Gunther Fett
Très Saint Inquisiteur de la Foi de la Tartine
Très Saint Inquisiteur de la Foi de la Tartine

Nombre de messages : 650
Age : 34
Localisation : Mandalore
Date d'inscription : 14/12/2006

http://www.boulanger.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Gunther Fett le Sam 15 Nov - 14:53

Edit : Test de Boxe+métal dans le but inavoué de projeter un garde dans le réchaud. Puis Tao des Dix mille mains (niv 1), et donc test direct de métal pur pour faire bouger le pilori auquel Lei Dian est arnaché (si cela est possible)

_________________
Don't mess with a Mando.
avatar
Gunther Fett
Très Saint Inquisiteur de la Foi de la Tartine
Très Saint Inquisiteur de la Foi de la Tartine

Nombre de messages : 650
Age : 34
Localisation : Mandalore
Date d'inscription : 14/12/2006

http://www.boulanger.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Scoub le Sam 15 Nov - 14:53

Le membre 'Inquisiteur Gunther' a effectué l'action suivante : Lancer les dés

Spoiler:
#1 '10' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 '10' :

#2 Résultat :


--------------------------------

#3 '10' :

#3 Résultat :


--------------------------------

#4 '10' :

#4 Résultat :


Dernière édition par Scouby-Zi le Lun 24 Nov - 19:10, édité 1 fois
avatar
Scoub
Immortel des Monts de la Tartine
Immortel des Monts de la Tartine

Nombre de messages : 2077
Age : 32
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 14/12/2006

http://rokugannoshite.activebb.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Gunther Fett le Sam 15 Nov - 14:59

Spoiler:
J'utilise le tao du Ying Yang sur le premier jet afin de transformer le 8 en 9, et ainsi d'avoir un 9 + metal (3) + boxe (1) pour le premier jet.

Si c'est possible, j'utilise le même tao sur la seconde action, afin de transformer le 1 en 0, et obtenir ainsi un 6 + métal pur (3) pour le second jet

_________________
Don't mess with a Mando.
avatar
Gunther Fett
Très Saint Inquisiteur de la Foi de la Tartine
Très Saint Inquisiteur de la Foi de la Tartine

Nombre de messages : 650
Age : 34
Localisation : Mandalore
Date d'inscription : 14/12/2006

http://www.boulanger.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Scoub le Dim 16 Nov - 2:02

[Le Tao des 10.000 mains ne permet pas d'utiliser de Tao à ce niveau]

Prenant d'un coup appui sur sa jambe gauche, Lei Dian fit balancer la droite sur la cuisse d'un garde, qu'il aggrippa avant de refermer l'étau, faisant basculer le malheureux tête la première sur le bourreau, qui tomba cul-par-dessus tête, et finit dans le brasero fumant. Le garde hurla à pleins poumons alors qu'une infâme odeur de chair grillée se répandait dans la pièce, le malheureux gesticulant alors que son casque semblait s'être pris dans le piège. Il réussit enfin à ressortir un visage quasi fondu, où les chais brulées s'amassaient en paquet sur les restes de ses traits défaits, où le nez ne se distinguait plus guère que par l'excroissance rosâtre qu'il présentait. Lei Dian tenta alors de s'extirper de la gangue de bois brut posée sur leur nuque, mais le pilori tint bon malgré quelques secousses. Les solides traverses de bois avaient du voir plus d'un supplicié ruer dans les brancards à l'approche du fer ...

Opposant une résistance ardue, mais maitrisé par quatre solides gardes pendant que d'autres accouraient en tous sens pour éviter toute rébellion, Lei Dian fut bastonné par les soldats des geôles.

-Emmenez ce salopard à la bascule! vociféra le bourreau, alors que le brulé était presque mort, allongé par terre, sans qu'on se soucie de lui le moins du monde. On verra s'il fait encore le malin après ça!

La fameuse bascule était un instrument étrange installé dans une pièce avoisinante, situé face à nos amis, si bien que Yu Fei, Li Sung, Huan Hunshu et Tigre Agile purent voir ce qui s'y tramait. Le portant par quatre coins, et malgré ses gigotements, les gardes parquèrent le wu xia sur une planche de bois d'environ cinq pieds*, suspendue par quatre cordages au plafond, et qui jouxtait de face un mur à environ 1 pied et demi** de distance. S'assurant qu'il dépassait de la tête comme des pieds. Rudement sanglé à l'aide de pas moins de six sangles de cuir épaisses, il subit encore quelques bastonnades pour ses réticences, puis, une fois sanglé comme un saucisson, les gardes regardèrent le geôlier, qui leur fit signe de commencer.

-R'garde bien c'mur, enfoiré, parce que c'est probablement la dernière chose que tu verras de ta chienne de vie! lui souffla à l'oreille un des gardes, tout en commençant à s'agripper à l'une des poignées qui dépassaient de la planche, et le tirant en arrière, lâchèrent ensuite la planche, qui, par un mouvement de balancier, se rapprocha ensuite du mur pour le heurter du crâne.
Lei Dian ne put retenir un gémissement de douleur, alors que son front lui faisait horriblement mal. Les quatre acolytes reprirent ensuite leur tâche, mais gardèrent en main les poignées, pour venir, à rythme régulier, taper la tête de leur prisonnier sur le mur. Chaque nouveau coup venait ajouter à la douleur du précédent, et déjà le sang se mit à couler sur ses yeux, sa bouche, formant ça et là des croutes.

Impuissants, les autres commencèrent à s'inquiéter lorsqu'ils virent Lei Dian tourner à moitié de l'œil. Le jeune chevalier ne voulait surement pas donner satisfaction à ses tortionnaires, et se réveillait rapidement à chaque fois, mais, passé la première demi-heure, il commença à sombrer dans une douce torpeur alors que son visage tuméfié le laissait dans une sorte de sourire figé.

Au moment où les gardes s'apprêtaient une nouvelle fois à lancer leur fardeau contre le mur, une rumeur parvint du fond des geôles, et les fonctionnèrent semblèrent se figer un instant, avant de quitter leur besogne, et que le geôlier partit rapidement vers l'entrée, derrière nos amis. Ceux-ci ne pouvaient voir ce qui se tramait, à part Huan Hunshu et Li Sung, toujours relativement libres, mais les visages des gardes leur permettait de dire qu'il s'agissait de quelque chose d'assez important ...

Lei Dian, pour sa part, avait du mal à simplement ouvrir les yeux.

*1,50 m environ
** +/- 40 cm
avatar
Scoub
Immortel des Monts de la Tartine
Immortel des Monts de la Tartine

Nombre de messages : 2077
Age : 32
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 14/12/2006

http://rokugannoshite.activebb.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Scoub le Mer 19 Nov - 12:09

Spoiler:
N'hésitez pas à me dire si ça va trop vite, pas assez, si vous voulez accomplir des actions en parallèle ... Mais le jeu en forum prend bien plus de temps qu'à table, et j'essaie juste de poser les bases pour l'instant, donc pas d'affolement si vous vous sentez pris de cours. Je pense poster tous les 3/4 jours, plus rapidement si j'ai plein de réponses/d'actions, moins si personne ne vient répondre. Enjoy, et n'hésitez pas à lancer des actions, même si vous les pensez de peu d'utilité!

Huan Hunshu commença à faire glisser subrepticement la lame de son poignard dans sa manche. La lame coulissa le long de son poignet pour atteindre sa paume, et il fit jouer ses doigts pour commencer à frictionner la lame contre les cordes qui enserraient ses poignets. La corde brula un peu la chair mais le travail commença. Il regarda à droite et à gauche; à porté immédiate, il compta près de vingt gardes, différemment armés: trois portaient des hallebardes, six des arbalètes. Ils ne seraient pas bien préparés dans ce sous-sol, où il pourrait pour sa part utiliser les tables, les cages, les instruments de torture et d'autres gardes comme boucliers vivants. Comme ce jeune soldat juste à sa droite, qui fixait le bout de couloir... Plus loin, d'autres gardes. En tout et pour tout, il pouvait bien y en avoir une centaine avant qu'il ne trouve un accès pour sortir. Et ensuite ? Que ferait-il, sorti des prisons, poursuivi, en plein milieu de Xianyang ? Allait-il affronter à lui seul les armées de Qin qui gardaient la capitale ? La lame remonta dans la manche. Ce n'était pas encore le bon moment. Il jeta un œil derrière lui et constata que le brouhaha se taisait petit à petit.

Tous avaient d'un coup le même sentiment. Leur lot quotidien depuis maintenant près de deux semaine -peut-être plus- semblait disparaître. Les odeurs d'urine, d'excréments, de poil grillé et de sang se mêlaient toujours dans leurs narines -leurs vêtements y étaient certainement pour beaucoup, vu l'hygiène qui régnait dans la cellule- mais leurs oreilles semblaient renaître. Peu à peu, le silence se fît. Les hurlements de douleurs, les cris d'angoisse, les jérémiades se murent en chuchotements puis en un silence qui les fît presque renaitre à la vie. le vacarme assourdissant des cris, des insultes, des pleurs et des râles se mua en un doux silence qui rien ne vint perturber, mis à part le bruit des chaînes sur le sol, et des pas des gardiens.

Puis la rumeur des pas commença à enfler. le bruit des bottes qui courent en ordre serré débuta, et ils virent arriver une bonne trentaine de serviteurs à la coiffure élaborée, vêtus d'atours somptueux, aux chausses de bois, arriver précipitamment, et changer tels des automates les vieilles torches qui éclairaient faiblement l'endroit pour de belles lanternes en bronze, ouvragées, et éclairant d'un feu neuf l'endroit. Il fermèrent les yeux, d'abord éblouis, puis se mirent à observer ce qui était autour d'eux d'un œil nouveau, comme si la soudaine lumière leur faisait un triste bilan de leurs personnes; les cheveux gras et fétides, la peau jaunâtre, les yeux vitreux souvent rouges à cause du manque de sommeil, leurs traits tirés par la faim et la crasse, des croutes de sang leurs pendaient sur les pommettes, souvenirs des rationnements de nourriture et des combats que cela provoquait. Portait pathétique de ce qu'ils étaient devenus, eux, hier encore fiers wu xia, chevaliers sauvant la veuve et l'orphelin. Certes, toutes leurs histoires n'étaient pas légendaires, mais qu'avaient-is fait pour en arriver à ce stade de déchéance ?

Deux serviteurs courbés déroulèrent un large tapis, dont le vert resplendissant tranchait sur le sol de terre battue teintée de sang et d'urine de cette partie des geôles. Trois hommes marchaient en tête, devant ce qui semblait être une garde de plusieurs dizaines d'hommes.
En tête, un jeune homme, âgé de peut-être vingt ans, portant un chapeau à franges qui se dressait sur son chignon lustré, et, le bouc et la moustache encore peu fournis, ses larges manches touchant presque le sol, battant sur son vêtement ample, qui cachait à peine les chausses à bord relevé qui ornaient ses pieds. Il était souriant, et ses mouvements de tête, accompagnés des gestes de ses bras, indiquaient une certaine candeur, une nonchalance, alors qu'il discutait avec l'homme à sa gauche, légèrement en retrait.

Ce dernier, plus âgé de quinze ou vingt ans, semblait avoir perdu la joyeuse innocence du premier arrivant. Habillé de noir et de beige, ses longs cheveux ramenés pour moitié en un chignon, et l'autre moitié tombant sur ses épaules maigres, il acquiesçait aux paroles du premier tout en marchant de manière droite et rigide, jetant parfois un regard au troisième homme, qu'ils éclipsaient tous deux par leur stature et leur distinction naturelle.

Si en effet le dernier arrivant portait des vêtements ma foi assez pratiques, il n'aurait pas eu le dixième de l'élégance de ses voisins, avec sa tête posée sur son cou trop petit et trapu, son nez tordu, et son air soumis. Il faisait de tous petits pas, s'adaptant à la vitesse des deux autres.

Ces deux hommes semblaient comme irréels de par leur démarche, leur attitude, leur port altier. C'est comme si nos amis avaient oublié l'élégance durant leur séjour en prison. Vêtus d'un raffinement certain, ils magnifiaient la pièce de leur simple arrivée, et les hommes de garde tombaient à genoux avant même qu'ils ne les dépassent, tout comme les prisonniers, qui redoutaient certainement un châtiment exemplaire s'ils ne se jetaient pas face contre terre.

Alors qu'il était encore à une cinquantaine de pas d'eux, le plus jeune s'arrêta lentement, lança sa manche verte et or dans leur direction, puis se pencha vers l'autre inconnu à sa gauche, et semble échanger quelques paroles avec lui, alors que son interlocuteur se tenait tête baissée, les manches jointes devant le front lorsqu'il lui répondait. Le jeune homme sembla comblé de la réponse, jeta ses manches en avant d'un coup sec, et, tout sourire, avança vers eux, alors que les gardes tombaient le front contre le sol devant l'étrange personnage...

Que faites vous ?
Un Test de renommée (1d100) peut être utile, ou bien compétence Étiquette, ou tout autre choix de votre part. Faites comme bon vous semble, et jetez les dés en conséquence!
avatar
Scoub
Immortel des Monts de la Tartine
Immortel des Monts de la Tartine

Nombre de messages : 2077
Age : 32
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 14/12/2006

http://rokugannoshite.activebb.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Mushu Yu Fei le Mer 19 Nov - 19:38

Spoiler:
-------------------HRP--------------------------

Je propose a stoof (le meilleur, et surement seul orateur parmi nous) de defendre notre cause et denoncer l'erreur de geole dans laquelle on nous a mis. Et de presenter chacun des persos de l'equipe par leur nom/surnom (le mien, Yu Fei alias le Coq Foudroyant de Handan)
De notre côté on peut faire chacun notre tour un jet de renommé hrp

Au pire, pour avoir pris la parole devant ce jeune homme (Ying Zheng himself? si ma mémoire ne me trompe pas je crois qu'a l'epoque de la trahison de Lu Buwei -donc maintenant-, le roi n'était alors qu'un jeune homme comme ce dernier! me corriger si besoin est), on risquera difficilement plus que ce qu'on subit actuellement, à savoir torture, mort, cadavres. cheers

P.S: On effacera nos messages HRP en temps voulu pour eviter de polluer le topic inutilement Wink Thanks

Edit de Scouby: si les messages HRP pouvaient être mis en "spoiler" ... il y a même un bouton spécial dans la barre lorsque vous répondez


Dernière édition par Mushu Yu Fei le Mer 19 Nov - 19:43, édité 1 fois
avatar
Mushu Yu Fei
Maître du pain de mie
Maître du pain de mie

Nombre de messages : 592
Age : 32
Date d'inscription : 20/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Mushu Yu Fei le Mer 19 Nov - 19:42

Jet de renommé de Yu Fei, le Coq Foudroyant de Handan !
(pour le dé 100 j y vais a l arrache : 2D10, dont le 1er pour les dizaines)
avatar
Mushu Yu Fei
Maître du pain de mie
Maître du pain de mie

Nombre de messages : 592
Age : 32
Date d'inscription : 20/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Scoub le Mer 19 Nov - 19:42

Le membre 'Mushu Yu Fei' a effectué l'action suivante : Lancer les dés

Spoiler:
#1 '10' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 '10' :

#2 Résultat :


Dernière édition par Scouby-Zi le Lun 24 Nov - 19:10, édité 1 fois
avatar
Scoub
Immortel des Monts de la Tartine
Immortel des Monts de la Tartine

Nombre de messages : 2077
Age : 32
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 14/12/2006

http://rokugannoshite.activebb.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Sami le Ven 21 Nov - 16:24

Tigre agile était en posture plutôt désavantageuse. Il se demandait à quel point pouvait être douloureux un marquage au fer rouge lorsque toute activité se figea.
Par malchance (ou chance ?), il avait la tête tournée vers l'intérieur de la cellule et donc ne pouvait voir ce qui avait crée ce calme si soudain et innatendu. Le marquage devra attendre alors !
Son œil de guerrier fut attiré par des mouvements furtifs, très furtifs dans la masse de prisonniers. Il reconnu Huan Hunshu.
Tigre agile n'avait pas vu exactement ce que son partenaire avait fait, mais il distingua parfaitement le couteau que Huan Hunshu rangea dans sa manche (HRP : test de perception validé par la divinité meujeutale). Etrange surprise ! Comme quoi, il n'était pas le seul à cacher des choses !
L'ancien soldat sourit intérieurement. Ce qu'il venait de voir était intéressant, et apportait une toute nouvelle perspective à leur situation.

Tigre Agile commença alors à s'isoler mentalement de son environnement, fermant les yeux et essayant d'oublier sa blessure à la jambe.
Avec cette nouvelle information, beaucoup de choses pourraient changer : ils avaient une arme, de quoi faire fortement pencher la balance en ce lieu. De quoi gagner le pouvoir sur les détenus et organiser quelques amusements et à moyen terme une évasion possible.
Il faudrait en parler à L'étonnant Huan Hunshu à l'occasion, mais pas aux autres. Pas pour le moment.

Tigre agile reporta son attention à son entourage, tentant de tourner la tête de l'autre coté pour quoi ce qui pouvant tant attirer l'attention de tous !

_________________
Double dessert, y a que ça de vrai.
avatar
Sami
Double-dessert
Double-dessert

Nombre de messages : 739
Age : 33
Date d'inscription : 19/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Scoub le Lun 24 Nov - 18:09

-Eh bien, que se passe-t-il dans le fond de mon propre palais pour ces hommes soient ainsi traités ?

Le jeune homme a une voix presque enjouée. Il caresse de sa main gauche sa jeune barbichette noire, et se retourne vers le troisième homme, qui, à la lueur de la torche proche, se révèle être Tu Er Po, le geôlier en chef cette sinistre prison. Lui, d'habitude si sévère et froid, se montre docile devant le jeune homme aux robes vert et or.

-L'humble fonctionnaire que je suis ne faisait qu'appliquer la loi, qui veut que chaque criminel soit marqué à la joue! Que Sa Majesté me pardonne!

Se jetant littéralement au sol,il tend ses deux mains jointes en avant, en signe de respect.

-Qu'il soit noté que tu fais consciencieusement ton travail, alors! Mais ces hommes ne méritent peut-être pas le funeste sort des simples bagnards...

Celui qui est annoncé comme un roi s'avance, alors que les gardes, agenouillés, reculent d'une distance égale. Seuls d'imposants gardes lourdement vêtus et harnachés se tiennent désormais non loin de nos amis.

-Que l'on libère leurs entraves! Il n'est pas dit que les alliés de Qin doivent être couverts de chaine lorsqu'on les remercie!

A peine le jeune homme, toujours souriant, à-t-il prononcé ces mots que les gardes de la prison s'agitent à enlever le hourd, à délier les poignets, et à sortir Lei Dian de son plateau de bois. On vient le soutenir jusqu'aux cotés de ses amis, puis reculent rapidement et se remettent bien vite dans une position servile. Ils sont tous là, à genoux, nos héros, les mains posées contre le sol, les chevilles et les mains enfin libres, devant cet homme qui semble vouloir les récompenser. De quoi ? Au nom de qui ? Certains ont bien une petite idée, mais ...

-Voilà ainsi les fameux, que-dis-je, les célèbres Bouchers de Quzhi! Le jeune homme rit, et son rire résonne dans les salles silencieuses des sous-sols. Pas un ne moufte, personne ne dit mot. Seules crépitent les torches et les braséros. Allons bon, quelle solenelle ambiance en ce lieu sordide! Lorsque mon cher Lu Buwei m'a parlé de vous, de la manière inopinée dont vous aviez sauvé mon royaume et ma lignée, j'ai eu du mal à le croire ... mais, il est un homme très persuasif. Son ton est à moitié rieur, d'une candeur certaine, mais en même temps, l'ambiance qui l'entoure force le respect. Tu te rends compte, Li Si! les bouchers de Quzhi sont là, face à nous!

-Sa Majesté sait déjà ce que j'en pense! Mais les conseils d'un modeste Ministre ne devraient pas La déroger de Son plaisir!

Le second homme a répondu d'une voix sèche. Il lève devant ses yeux ses mains unies, et s'incline révérencieusement.

Le jeune monarque -puisqu'il semble que ce soit lui- rigole en hoquetant.

-Ha, ... ha. Il se tourne vers les personnages. Mon Ministre des Noms et des Lois semble sceptique. Mais ... vous êtes bien les fameux Bouchers de Quzhi, n'est-ce pas?

Son visage rieur se tourne directement vers nos amis, qui ont les yeux baissés ... et n'osent le regarder plus haut que ses chausses!

_________________
[...]Hida Kisada, qui se soucie autant de l'avis de l'Empereur que moi de mes chaussettes sales...[...]
avatar
Scoub
Immortel des Monts de la Tartine
Immortel des Monts de la Tartine

Nombre de messages : 2077
Age : 32
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 14/12/2006

http://rokugannoshite.activebb.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1. Au commencement ...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum