TX 1.2 Après la bataille ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

TX 1.2 Après la bataille ...

Message par Scoub le Mer 4 Aoû - 19:38

Résumé des épisodes précédents (et il faut au moins ça!)

Nos amis sont rentrés bon gré mal gré au service du royaume de Qin, et plus particulièrement aux services secrets de ce dernier, le Censorat, administré par le très légiste Li Si, Ministre des Lois et des Noms, et géré au sein du Palais par Dao, officiellement chef des serviteurs. Le jeune prince de Qin, Ying Zheng, a effectivement beaucoup entendu parler d'eux par la bouche de son ancien Premier Ministre, Lu Buwei, comme étant les "Bouchers de Quzhi", ceux qui ont réussi à mettre à mort le prince félon Cheng Jiao, noble dissident de la cour. Sortis des geôles de Xianyang, la capitale, ils ont reçu comme première assignation une mission ... particulière; vérifier si Lao Ai, marquis de Chanxin, très proche conseilleur et serviteur personnel de la Reine-Mère, était véritablement un eunuque. Une servante a en effet raconté que ce dernier l'avait violée quelques semaines avant. L'homme, simple paysan au départ, devenu marquis grâce à la Reine-Mère, était en effet réputé pour pouvoir, avant son opération, pouvoir soulever une roue de charrette à l'aide de son sexe. Il fut donné en cadeau à la Reine-Mère par Lu Buwei il y a quelques années. Au cours d'une filature fastidieuse, où nos amis ont pu constater qu'il visitait un nombre impressionnant de notables et de figures éminentes du royaume, les Bouchers finirent par tenter leur va-tout en envoyant Huan Hunshu s'immiscer subrepticement dans la maison de la Reine-Mère, où Lao Ai va jusqu'à passer la nuit! Et ce dernier est bien obligé de constater que "l'eunuque" est pleinement un homme! À cette annonce, Li Si pâlit; il devient évident que la Reine-Mère a un amant!

Déguisés en gardes, nos amis sont "conviés" à escorter le jeune prince, qui décide en apprenant les nouvelles d'aller rendre une visite de courtoisie à sa chère mère. Le repas se passe dans une ambiance glacée, quand soudainement, un enfant surgit dans la pièce; se précipitant vers le marquis de Chanxin, il se jette dans ses bras en l'appelant "papa". La Reine-Mère, Lao Ai et Ying Zheng palissent tous trois d'un seul coup, mais le repas se poursuit, et Ying Zheng se force à éclater de rire, ce qui détend un instant la situation. Sa mère sourit nerveusement et présente l'enfant comme "un neveu de son bon eunuque". Personne n'est cependant dupe. Aux aguets, Yu Fei discerne, à travers les voiles de papier qui entourent la pièce, le bruit d'épées qui sortent de leur fourreau. Il se jette à travers la cloison pour tomber sur une dizaine de gardes, un peu surpris. Aussitôt, un féroce combat s'engage, et nos amis sont pris à parti à un contre dix, vendant chèrement leur peau contre des gardes qui semblent surgir de partout! Protégeant Ying Zheng, ils se démènent comme des diables, repoussant les vagues de soldats, et se repliant vers une autre partie de la Cité, essoufflés mais peu blessés. S'ils sont indemnes, on ne peut pas en dire autant du jeune prince de Qin; ce dernier est littéralement brisé. Il vient de découvrir que sa mère a un amant depuis plusieurs années, faisant honte à son défunt père, et surtout qu'il a deux demi-frères, que l'eunuque compte peut-être placer sur le trône! En effet, il n'a toujours pas accompli la cérémonie qui fera de lui un adulte, et n'est donc pas roi. Ivre de chagrin, il jure solennellement devant nos amis que personne ne se moquera plus jamais de lui. Confiant à nos amis le soin de surveiller Lao Ai, il fait rassembler ses affaires pour pouvoir, le lendemain même, partir à Yong accomplir la cérémonie: il sera de retour trois jours plus tard.

Mais les choses s'emballent, à peine le prince parti avec son escorte réduite: Lao Ai rend visite à de nombreuses personnes, dont Lu Buwei. Ce dernier, qui a fait l'éloge de nos amis à Ying Zheng, leur confie lorsqu'ils l'interrogent après le départ du faux eunuque qu'il pense que le marquis de Chanxin va tenter un coup d'état; il a eu l'air menaçant et a proféré des paroles extrêmement fâcheuses. Il refuse cependant d'en dire plus. Huan Hunshu a cependant réussi à surprendre des bribes de la conversation entre les deux hommes, caché derrière un ventail, et a été fort surpris de la tournure des évènements:

« - Comme tu peux le voir, la Reine-mère t’assure par le présent document que si tu nous soutiens, tu retrouveras ton poste de premier ministre juste après que nous ayons réussi, dit l’eunuque.
- Effectivement, il est marqué que je redeviendrais chancelier mais beaucoup de choses ne sont pas écrites sur ces lamelles. Qui sera Roi du Qin ? Toi ? Ton fils ? Lao Ai, je te connais bien et tu as été autrefois un de mes serviteurs. C’est donc plein de tendresse que je te dis cela : abandonne cette folie. Peut-être même que la mère du Roi le convaincra de te laisser en vie. Pour un tel projet, il te faut plus que des hommes ou des armes : il te faut une carrure que tu n’as pas. »
Le régent jette alors la missive qu’il était en train de lire aux pieds de Lao Ai.
« - Oui…oui… ricane le marquis en ramassant les lamelles de bambous et en faisant mine de se retirer. Nous verrons alors qui sera Roi. Mon fils ou le tien ?
- Que veux tu dire par là ? » s’emporte le vieil homme, dégainant son épée et laissant tomber bruyamment son fourreau au sol.
Sans même se retourner, l’eunuque répond un cinglant : « Allons, un vieux marchand qui ne doit le peu de respect qu’on lui témoigne qu’à son pathétique statut de ministre déchu aurait-il le courage ou même l’audace de lever son arme sur moi ? J’en doute. » avant de quitter le manoir de Lu Buwei.

C'est donc un voile de mystère supplémentaire qui vient épaissir toute l'affaire. Mais nos amis n'ont guère le temps de tergiverser sur ce que leur cache l'ancien marchand de chevaux du Zhao devenur Premier Ministre de Qin; en effet, le palanquin de Lao Ai a repris sa route vers les quartiers marchands, et s'arrête non loin d'une auberge, d'où sort un barbare Rong tenant un étrange paquet à la main, pour venir discuter avec Lao Ai. Ce dernier lui dit alors à peu près ces quelques mots :
« - Il a refusé de se joindre à nous, l’heure n’est donc plus à la discrétion et nous devons agir avec encore plus de hâte. Rejoins tes hommes et faites ce que vous avez à faire le plus vite possible. Et surtout avant qu’il n’atteigne Yong ! Nous agirons demain dès l’aube, mais les choses seront beaucoup plus faciles avec sa dépouille. Ramène-la. »

Le barbare acquiesce, sort un pigeon du paquet qu’il tenait et le relâche. L’instant suivant, il monte à cheval et, alors que l’eunuque lui répète de se dépêcher et qu’il n’a pas un instant à perdre, file à bride abattue vers la porte ouest de la ville. Les Bouchers de Quzhi, encore vêtus de leurs armures de gardes, réquisitionnent des chevaux et se lancent à la poursuite du barbare, qui malheureusement les laisse presque sur place grâce à sa monture. Peu importe! Nos amis décident de suivre ses traces, et cavalent de longues heures, jusqu'à découvrir au loin ce qu'ils redoutaient: le longues volutes de fumée volent au vent derrière une colline proche, et c'est un spectacle tragique qui se déroule sous leurs yeux; la bataille à déjà commencé et elle semble bien mal engagée pour le prince et ses hommes. Les tristement célèbres chars Rong soulèvent une épaisse poussière sur le champ de bataille, renforcée encore par le chaos qui semble régner en contrebas. À première vue, les deux armées semblent être de taille comparable, avec peut-être un avantage pour les barbares. Pourtant la division régulière (environ trois mille hommes, essentiellement des fantassins) qui escorte Ying Zheng est visiblement malmenée et partiellement dispersée.

Relativement simple, le terrain est constituée d’une espèce de large cuvette à fond plat d’un demi li de côté traversée par la route reliant Xianyang à Yong. Au Nord-ouest , soit à l'opposé de nos amis, se situe une sorte de petit promontoire rocheux où il est assez facile de monter mais dont une des face est une falaise qui rend tout chute mortelle. Le reste du terrain est plat et dégagé et, à par la route, recouvert d’une fine couche d’herbe. Les Rong n’ont pas choisi ce lieu par hasard, il leur permet d’utiliser au mieux leurs terribles chars et de porter sans difficulté des attaques dévastatrices dans les rangs serrés de l’infanterie du Qin.

Hébétés, nos héros peuvent voir que la colonne qui accompagnait le prince est coupée en deux suite à une attaque concentrée des chars et que Ying Zheng est isolé à l’avant avec probablement moins du tiers de ses troupes, harcelé par des archers montés, et que l’arrière-garde, étêtée, est en train de partir en déroute sous les assauts d’une insaisissable cavalerie et de chariots de guerre en terrain favorable. Seuls, mais déterminés, les Bouchers de Quzhi se lancent en direction de la bataille, dans la ferme intention de sauver le prince -leur prince, désormais- ou de laisser leur sang inonder la plaine.

Li Sung, traversant les rangs Rong en jouant de l'épée, finit par voir sa monture tuée sous lui: il se relève, défait les quelques barbares qui se ruent sur lui, puis, relevant un drapeau tombé, reprend la tête d'une unité de lanciers, regroupant bientôt grâce à quelques directives brillantes la majeure partie de l'arrière-garde, freinant ainsi le massacre, et établissant un front sérieux qui tente de rejoindre la garde royale.

Tigre Agile, pour sa part, quitte bientôt sa monture essoufflée, et, sortant sa lame de son fourreau avant d'en récupérer une seconde sur un soldat mort, entreprend une véritable percée, seul, dans les rangs Rong, allant même jusqu'à faire basculer deux lourds chars de combat. Hurlant et vociférant, il taille un sillon sanglant dans les rangs des barbares, tachant de localiser leurs chefs pour couper la tête du commandement, dans tous les sens du terme.

Yu Fei, enfin, joue habilement de sa lance Horizon Glorieux, et se dresse devant les derniers boucliers qui entourent Ying Zheng, défiant quiconque ose s'avancer de venir gouter de son fer. Un impressionnant Rong, soulevant et maniant d'une main une masse de plus d'un jūn (18 kg), aplatissant les boucliers en bronze. Le combat est long, et le Coq Foudroyant de Handan doit s'y prendre à plusieurs fois pour arriver à épuiser son adversaire, manquant plus d'une fois de voir sa tête réduite en bouillie. Sa victoire sur le géant cause le trouble dans les rangs Rong, et permet à Li Sung d'arriver avec l'arrière-garde, renforçant la position. Pendant ce temps, Tigre Agile continue sa lancée, et occis plusieurs des barbares les plus sauvages, répandant véritablement un mouvement de panique et de repli chez l'ennemi.

La poussière se dissipe peu à peu alors que les cris de victoire des soldats de Qin couvrent les cris et les appels des centaines de blessés et de mourants qui parsèment le champ de bataille. Le constat est amer, et plus du tiers de l'armée git mort. Près de la moitié des survivants sont blessés, et toute la troupe est exténuée. Chariots et chevaux ont été tués ou détruits, et, s'il n'y avait les uniformes et les armes, cette grande cohorte ressemblerait plus à un amas de réfugiés qu'à une partie de la plus puissante armée des Royaumes Combattants.

***

Nos amis se tiennent, tant bien que mal -une flèche a traversé l'épaule de Yu Fei, la cuisse de Li Sung a hérité d'une balafre profonde d'un pouce, et Tigre Agile ne compte plus les coups de sabre, que son armure disloquée à retenu pour la plupart- devant le prince Ying Zheng, qui par-dessus son armure porte les vêtements verts et noir, ornés de dragons et de phénix, symbole de son autorité. Grimpé sur une pierre, assis, la coiffe défaite, une solide cordon de vétérans aux armures et boucliers de bronze forme autour de lui un rempart sur contre d'éventuels archers embusqués. Son bonnet est défait, son visage poussiéreux. C'est un jeune monarque de vingt ans qui vient de connaitre sa première grande bataille, et qui a failli y perdre sa vie et son royaume. C'est un regard plus adulte que la dernière fois qui se tourne vers nos amis.

"-Eh bien. J'imagine que ce ne sont pas les dragons qui vous ont fait venir. Il tourne la tête vers le champ de bataille, où les soldats s'occupent à soigner leurs blessés et à achever les Rong blessés. Vous deviez surveiller le marquis de Chanxin. Et vous êtes ici. C'est donc bien Lao Ai qui est derrière tout cela ?Le ton de sa voix se durcit, et ses jambes tremblent d'une colère contenue. Derrière tout ce massacre ? Il se lève, et sa voix s'élève jusqu'à devenir stridente. C'est bien à moi, moi son souverain, qu'il a essayé d'attenter ? Répondez!"

_________________
[...]Hida Kisada, qui se soucie autant de l'avis de l'Empereur que moi de mes chaussettes sales...[...]
avatar
Scoub
Immortel des Monts de la Tartine
Immortel des Monts de la Tartine

Nombre de messages : 2075
Age : 31
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 14/12/2006

http://rokugannoshite.activebb.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: TX 1.2 Après la bataille ...

Message par Hida Stoof le Ven 13 Aoû - 18:48

Li Sung qui s aidais du manche de la banniere pour marcher se retournas vers le roi, délaissant ainsi les quelques lanciers qui restais de l esquade.
se déplaçant difficilement avec ça blessure, il se mis tant bien que mal a genou pour s incliner devant le souverain du Qin.

"Sa majesté est clairevoyante, mais des information que nous détenons peuvent eclairer le grand seigneur du royaume du Qin."

"Je demande humblement a Sa Majesté d écouter les paroles d un ancien capitaine qui souhaite lui faire part d une information importante."

après un instant de silence Li Sung repris:
"Le massacre des troupes de Sa Majesté et due au traitre Lao Ai, afin de placer l un de ses batards sur le trone de Sa Majesté. Il a agis avec précipitation car il a essayé de persuader l un des plus fidele serviteur du noble seigneur royaume du Qin.
Le traitre a eu peur que sont plan sois mis a jour par le serviteur de Sa Majesté, et as donc précipité l attaque."

"Que Sa Majesté pardonne mes paroles, mais la noble personne qui n as point trahis Sont Altesse n est autre que l ancien premier ministre de Sa Majesté, le grand Lu Buwei."

avatar
Hida Stoof
Gardien de la Source
Gardien de la Source

Nombre de messages : 1040
Age : 32
Localisation : le Dojo du chateau de la magistrature de Ryoko Owari Toshi
Date d'inscription : 14/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum